Mission française des fouilles de Tanis (MFFT)

EA 4519 - Égypte ancienne : archéologie, langue, religion / Centre Wladimir Golénischeff - EPHE SR

Directeur : François Leclère
Directeur-adjoint : Frédéric Payraudeau (MCF HdR Paris-Sorbonne)

mfft-tanis.jpg

Tanis. Le domaine d’Amon, vu de l’est, en 2016 (© MFFT / S. Charrier).

La Mission française des fouilles de Tanis (MFFT) a été fondée en 1964 par le Pr. Jean Yoyotte au sein de la section des Sciences religieuses de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), sous le patronage de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et avec l’appui principal du Ministère français des affaires étrangères. Elle a été créée pour faire suite aux travaux de Pierre Montet sur le site de Tell San el-Hagar, dans le Delta nord-oriental du Nil, de 1929 à 1956. Rattachée à l'EA 4519 - Égypte ancienne : archéologie, langue, religion, elle est dirigée depuis 2014 par François Leclère, ingénieur de recherche à l’EPHE.
Fondée à la toute fin du IIe millénaire av. J.-C., Tanis fût le foyer des 21e et 23e dynasties, le lieu de sépulture des souverains des 21e-22e dynasties, et une importante capitale de l’Égypte durant la Troisième Période intermédiaire (XIe-VIIe s. av. J.-C.). L’agglomération perdura jusqu’à la fin de l’époque byzantine (VIIIe s. apr. J.-C.). Pour davantage d'information sur le site archéologique, un dépliant de présentation est désormais disponible en français, en anglais et en arabe (à télécharger ci-contre).
Présente sur le terrain plusieurs semaines par an, la MFFT se consacre au ré-examen méthodique des zones déjà explorées, à la fouille de nouveaux secteurs, mais aussi à l’étude globale de la ville antique par le biais de prospections à grande échelle (géophysique, céramologique, géomorphologique), ainsi qu’à la valorisation scientifique et à la protection patrimoniale des vestiges majeurs découverts (épigraphie, architecture, topographie, conservation, mise en valeur).

Travaux actuels

Un nouveau programme de recherches est mis en œuvre sur le terrain depuis le printemps 2014. Portant principalement sur l’agglomération antique dans sa globalité, il vise à une meilleure connaissance de l’organisation spatiale et de l’évolution du tissu urbain dans son ensemble, ainsi que de son contexte paléo-environnemental (branche tanitique du Nil, lagunes côtières, canaux).
Une part des activités est par ailleurs consacrée à l’étude des inscriptions royales et privées de la Troisième Période intermédiaire (blocs provenant de tombes privées de la 21e dynastie remployés dans la tombe de Chéchanq III, blocs de deux édifices de Chéchanq V remployés dans les parois du Lac Sacré d'Amon et les puits du temple de Mout, inscriptions royales diverses de la 21e à la 25e dynastie, monuments tanites de Psousennès Ier, paléographie des inscriptions de la 22e dynastie dans les tombes royales (Osorkon II, Chéchanq III).
L’étude architecturale des tombes royales a repris, de même que la cartographie du tell et des principaux vestiges mis au jour depuis le 19e siècle. La mission développe par ailleurs progressivement des aménagements de mise en valeur (installations de blocs et monuments divers sur de nouvelles banquettes) et de protection (études en cours de l’état des tombes royales, en prévision de futurs programmes de conservation). Un programme de fouilles archéologiques proprement dites est sur point de commencer.

Le Projet ANTa (Archives numériques de Tanis)

À Paris, la MFFT a mis en place un vaste programme de numérisation intégrale des archives de la Mission Montet relatives à Tanis, dont le Centre Wl. Golénischeff est dépositaire, dans la perspective de développer à terme une base de données en ligne. L’acronyme de ce projet est un clin d’œil à la désignation que Pierre Montet avait attribuée au nouveau temple qu’il avait découvert et fouillé à Tanis dans les années 1930 — en réalité un sanctuaire dédié à la déesse Mout. Les photographies de la Mission Montet (plaques de verre, gélatines, tirages) ont ainsi pu être reconditionnées et numérisées en totalité. Dessins et plans de la Mission Montet ont été ré-inventoriés, leur numérisation est en cours, de même que la saisie des méta-données de l’ensemble de cette documentation.

Publications récentes

St. Boulet, « Nouvelles discussions sur l'apparition et l'usage du tour rapide en Égypte », Bulletin de la Céramique égyptienne 27, 2017, p. 289-298.
Fr. Leclère, « Note d'information. Mission française des fouilles de Tanis. Nouvelles recherches », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, novembre-décembre 2016/4, 2016, p. 1467-1480.
Fr. Leclère, Fr. Payraudeau, T. Herbich, « Nouvelles recherches sur le Tell Sân el-Hagar (Tanis) », La Troisième Période intermédiaire – Art et archéologie, Égypte, Afrique & Orient 81, 2016, p. 39-52.
Fr. Leclère, « Tanis », dans Badisches Landesmuseum Karlsruhe (éd.), Ramses - Göttlicher Herrscher am Nil, Petersberg, 2016, p. 273-277.
R. Meffre, « Les serviteurs funéraires de Tanis. Une aide à l'interprétation de la nécropole royale », Égypte 82, juin-août 2016, 43-56.
Fr. Payraudeau, R. Meffre, « Varia tanitica I. Monuments royaux », Bulletin de l'Institut français d'archéologie orientale 116, 2016, p. 273-302.
C. Defernez, « Premiers résultats d'un programme de prospections céramologiques dans la zone centrale du tell de Tanis : campagne 2014 (Mission française des fouilles de Tanis) », Bulletin de la céramique égyptienne 25, 2015, Le Caire, p. 77-100.
Fr. Leclère, « La LXIe campagne de la Mission française des fouilles de Tanis », Annuaire de l'École Pratique des Hautes Études (EPHE), section des Sciences religieuses, 122 (2013-2014), 2015, p. 137-142.

Communications

Les résultats des travaux sont régulièrement présentés dans le cadre de communications à des congrès et colloques scientifiques et de conférences en milieu institutionnel et associatif :
Institut Khéops, Paris (28 mai 2018) ;
— Université d’Oxford (16 mai 2018) ;
Association Soleil ailé, Orléans (30 mars 2018) ;
Association Provence égyptologie, Marseille (8 février 2018) ;
Journée d’étude Égypte, Liban, Libye. Nouvelles recherches, dans les pas de Pierre Montet, EPHE, Paris (16 septembre 2017) ;
Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris (18 novembre 2016) ;
Association dauphinoise d'égyptologie Champollion à Grenoble (9 avril 2016) ;
Association d'égyptologie Imhotep, Nantes (16 mars 2016) ;
Société d'égyptologie de Genève (24 février 2016) ;
Association France-Égypte, Paris (3 février 2016) ;
Bibliothèque nationale de France, Paris (27 janvier 2016) ;
— Colloque The Geography and Economy in the Ancient Nile Delta à l'université de Würzburg (29 novembre 2015) ;
11e Congrès international d’égyptologie, Florence (27 août 2015) ;
— MoA / EES Delta Survey Workshop, British Council, Le Caire (27 mars 2015) ;
Cercle Lyonnais d’égyptologie Victor Loret, Lyon (24 février 2015);
Semana de Egiptologia do Museu Nacional / Universidade Federal do Rio de Janeiro (SEMNA), Musée National de Rio de Janeiro (4 décembre 2014).

La MFFT a désormais une page Facebook.

Distinctions

En 2015, les responsables de la Mission française des fouilles de Tanis ont été les tous premiers lauréats du Prix Jean et Marie-Françoise Leclant, décerné par la Fondation Jean Leclant, de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. En 2016 puis en 2017, l’Académie des inscriptions et belles-lettres a attribué, sur proposition de la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger du Ministère des Affaires étrangères, son Label Archéologie à la MFFT, Programme « Tanis » (Égypte).

Soutiens et partenariats

Pour réaliser ce programme, la MFFT collabore avec le Ministère des antiquités de l’Égypte et bénéficie de partenariats et soutiens divers : Plusieurs unités mixtes de recherches CNRS-Universités collaborent au projet à des degrés divers, notamment Orient & Méditerranée (Sorbonne université), le Bureau d’études Eveha international, le département égyptien du Musée du Louvre, l’Institut français d’archéologie orientale, l’Académie polonaise des Sciences, etc. Principalement financée par le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, la Mission bénéficie également de soutiens extérieurs, par exemple la Nouvelle Société des Amis de Tanis (voir infra), ou encore le Fonds Khéops pour l’Archéologie.

AVERTISSEMENT : Seule mission officielle et institutionnelle sur le site de Tanis, la MISSION FRANÇAISE DES FOUILLES DE TANIS (MFFT) est soutenue depuis fin 2015 par une nouvelle association, la NOUVELLE SOCIETE DES AMIS DE TANIS (NSAT ; prés. Fr. Leclère). Elle n’a aucun lien avec l’association dénommée Société française des fouilles de Tanis, qui en dépit du nom qu’elle continue à porter, a cessé de soutenir les activités de la Mission française des fouilles de Tanis.