William BERTHON

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
vendredi 13 décembre 2019 - 12:00
Analyse bioarchéologique des cavaliers-archers de l’époque de la Conquête hongroise (10ème siècle) : pratique cavalière et modifications squelettiques liées aux activités

William BERTHON soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Olivier DUTOUR et de M. György PÁLFI

Co-tutelle avec l'université de Szeged (HONGRIE)

  • Headquarters of the Szeged Committee, Hungarian Academy of Sciences Somogyi street 7, 6720 Szeged, Hungary. Salle : Ceremonial Hall
  • Jury : M. Olivier DUTOUR, M. György PÁLFI, Mme Hélène COQUEUGNIOT, Mme Ildikó PAP, M. Albert ZINK, Mme Anne-marie TILLIER, M. Károly GULYA, M. Tamás HAJDU

Résumé

Certaines modifications observées sur les os humains peuvent permettre de reconstituer les activités des populations anciennes. L'équitation représente notamment un intérêt particulier, ayant apporté des changements profonds et durables dans l'histoire de l'évolution culturelle humaine. Cependant, divers facteurs de biais et l'absence de données contextuelles claires liées aux restes osseux donnent souvent lieu à des interprétations limitées ou peu fiables des modifications osseuses en termes d’activités spécifiques. Les sources archéologiques et historiques attestent que des tribus de populations seminomades ont conquis le bassin des Carpates à l’aide d’armées de cavaliers-archers au tournant des 9ème et 10ème siècles, conduisant ainsi à la fondation du Royaume de Hongrie en l'an 1000/1001. Les cimetières de cette période fournissent des cas de dépôts de matériel lié à l’archerie et à l’équitation ainsi que des ossements de chevaux associés aux individus dans les tombes. Ces populations sont ainsi parmi les plus pertinentes pour mener des études méthodologiques sur les modifications osseuses liées aux activités, et notamment à la pratique cavalière. Nous avons sélectionné 67 individus issus du cimetière hongrois de Sárrétudvari-Hízóföld (10ème siècle), pour les analyser selon la présence ou l'absence de dépôt lié au cheval dans leurs tombes. Un échantillon moderne de comparaison de 47 individus présumés non-cavaliers a également été sélectionné au sein de la collection documentée de Lisbonne. Seuls les sujets adultes masculins ont été inclus afin de limiter l'influence de variations en lien avec le sexe et l'âge. Les objectifs étaient d’identifier des modifications squelettiques liées à la pratique cavalière et d’améliorer nos connaissances sur les populations de la Conquête hongroise. Nous avons analysé diverses modifications osseuses, au niveau des enthèses (points d'attache des muscles), articulations et vertèbres, ainsi que des variations morphologiques et lésions traumatiques. Des mesures des os des membres inférieurs ont aussi servi à calculer des indices de forme et de robustesse. Les analyses statistiques ont principalement révélé des différences significatives entre les groupes hongrois avec ou sans mobilier et le groupe de comparaison. Celles-ci concernent notamment les modifications de certaines enthèses de l’os coxal, du fémur, du tibia et du calcanéus, une adaptation morphologique sur le col du fémur, les hernies discales à la jonction thoraco-lombaire, ou encore l'ovalisation de l’acétabulum de l'os coxal. Ces traits peuvent tous être liés à la posture du cavalier et semblent donc être des indicateurs prometteurs pour la pratique cavalière. Par ailleurs, les comparaisons ont montré que les individus hongrois sans dépôt dans leur tombe montaient aussi vraisemblablement à cheval. Parmi les limitations, appelant malgré tout à la prudence, figure la taille restreinte de nos échantillons archéologiques, qui est l’un des points qui devront être améliorés à l'avenir. En outre, certaines modifications osseuses, comme celles des enthèses, ont une étiologie multifactorielle, limitant ainsi leur interprétation. À cet égard, nous avons mené l’analyse exploratoire de la microarchitecture d'une enthèse, la tubérosité du radius. À l’aide d’acquisitions micro-CT et de reconstructions 3D des canaux de l'os cortical, nous avons observé que des variations microstructurales pourraient permettre, avec des recherches supplémentaires, de distinguer les modifications des enthèses liées aux activités de celles liées à d’autres facteurs, contribuant ainsi à de plus fiables reconstructions des activités des populations anciennes. Au final, le choix d'une collection anthropologique pertinente, avec des preuves directes de la pratique d'une activité, ainsi que l'application de critères méthodologiques stricts, sont autant d’éléments déterminants pour l'identification fiable de modifications squelettiques liées aux activités.

Abstract

Some changes observed on human bones can be related to activities practiced during life. Scholars have considered the reconstruction of activities from skeletal changes in past populations as “Bioarchaeology’s Holy Grail”. Horse riding, in particular, has interested bioarchaeologists and paleopathologists for several decades as it brought profound and lasting changes in the history of human cultural evolution. However, the existence of various confounding factors and the lack of clear contextual evidence in connection with the skeletal remains often result in limited or unreliable interpretations of skeletal changes in terms of specific activities. Archaeological and historical sources attest that tribes of semi-nomadic populations conquered the Carpathian Basin with powerful armies of mounted archers at the turn of the 9th and 10th centuries, which led to the foundation of the Kingdom of Hungary in the year 1000/1001. Cemeteries from that period often provide cases of deposits of archery and horse riding equipment as well as horse bones associated with the individuals in the graves. Those populations are, thus, among the most pertinent to be used to perform methodological investigations on activity-related skeletal changes, and, on horse riding, in particular. We selected a sample of 67 individuals from the 10th-century Hungarian cemetery of Sárrétudvari-Hízóföld, in order to analyze the individuals according to the presence or absence of riding deposit in their grave. A modern comparison group of 47 presumed non-rider individuals from the documented collection of Lisbon was also selected. Only adult males were included to limit the effect of sex and age on the changes. The main objectives were to identify skeletal changes reliably related to the practice of horse riding and to improve our understanding of the populations from the Hungarian Conquest period. Various types of skeletal changes were analyzed, including some entheseal changes (at muscles attachment sites), joint changes, vertebral changes, morphological variants, and traumatic lesions. Measurements of the lower limb bones were also used to calculate indices of shape and robusticity. Statistical analyses mostly revealed significant differences between the Hungarian groups with or without riding deposit and the comparison group from Lisbon. They concerned especially some entheseal changes at the coxal bone, femur, tibia, and calcaneus, a morphological adaptation on the femoral neck, intervertebral disc herniations at the thoracolumbar junction, or the ovalization of the acetabulum on the coxal bone. All these traits can be linked to the riding posture, and, thus, seem to be promising indicators for the practice of horse riding. On another note, comparisons between groups revealed that the Hungarian individuals without deposit in their grave were likely riding horses as well. Among the limitations calling for caution is the restricted size of our archaeological samples, which is one of the points that should be improved in the future. In addition, some skeletal changes, such as the entheseal changes, have a multifactorial etiology, which represents a limitation for their interpretation. In that regard, we performed the exploratory analysis of the microarchitecture of an enthesis, the radial tuberosity. Using micro-CT acquisitions and 3D reconstructions of the canals of the cortical bone, we observed that some microstructural variations could allow, with further research, distinguishing entheseal changes related to activity from those related to other factors, thus contributing to more reliable reconstructions of the activities in past populations. In the end, we emphasize that the selection of a pertinent anthropological collection, with direct evidence of the practice of an activity, and the application of strict methodological criteria, are determinant factors for the reliable identification of activity-related skeletal changes.