Virginie NOBS

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
samedi 17 décembre 2016 - 14:00
La sculpture en pierre en Grande Grèce du VIème siècle à 209 av. J.-C.

Mme Virginie NOBS soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. François QUEYREL et M. Lorenz BAUMER

Cotutelle : Université de Genève

  • Université de Genève, 5 rue De-Candolle, CH-1211 Genève 4, SUISSE
  • Jury : M. Lorenz BAUMER, M. Philippe COLLOMBERT, M. Martin GUGGISBERG, M. François QUEYREL, M. Mario TORELLI, M. Didier VIVIERS

Résumé

Cette étude traite de la sculpture exécutée en pierre – marbre et calcaire – dans les cités grecques d’Italie du Sud : Caulonia, Crotone, Héraclée, Locres Épyzéphyrienne, Métaponte, Poséidonia, Rhégion, Sybaris et Tarente. Toutes les périodes grecques sont considérées entre l’apparition de la sculpture en pierre au VIème siècle jusqu’à la chute de Tarente, dernière cité italiote indépendante. La première partie présente la méthodologie adoptée et précise l’acception des termes liés à la recherche italiote. 128 fragments ou monuments ont été retenus et ont fait l’objet de notices détaillées dans le catalogue. Le corpus ainsi constitué a été contextualisé par lieu de provenance, lorsque ce dernier est connu, puis par cité. La statue trônante de déesse provenant de Tarente et conservée à Berlin constitue un cas emblématique de statuaire italiote et a fait l’objet d’une étude approfondie. Cette recherche doctorale a également permis de reconsidérer des questions techniques et stylistiques. S’il n’a pas été possible de déterminer des « écoles » stylistiques dans les cités italiotes (à l’exception peut-être de Tarente dès le IVème siècle), les acrolithes italiotes ont pu être classés selon trois catégories : les têtes entières, les têtes à section diagonale et les têtes à section verticale. Certaines thématiques, qui auraient mérité un traitement plus approfondi que ce travail ne le permettait, ont été abordées dans les annexes. Il s’agit de la sculpture funéraire tarentine, des ensembles de métopes sculptés du Sélé ainsi que des découvertes de sculptures en contexte italique, avec une attention plus particulière portée à l’ensemble provenant de Garaguso.

Abstract

Stone Sculpture in Magna Graecia, from the Sixth Century to 209 B. C.

This study discusses stone sculpture – marble and limestone – from the Greek cities of Southern Italy: Kaulonia, Kroton, Heraclea, Locri, Metaponto, Poseidonia, Rhegion, Sibari and Taranto. All the Greek periods are included: Archaic, Classical and Hellenistic, from the 6th century to 209, the year of the fall of Taranto, the last independent Italiot city in Magna Graecia. The first part of this study presents the methodology and the acceptation of the terms used in the research on italiot sculpture. A catalogue has been created, where all 128 selected artefacts are analysed. The selected corpus is analysed according to the site of provenance of the artefacts and, in a second step, according to the cities these sites depended from. An exhaustive and updated study of the seated goddess of Taranto, now in Berlin, which is emblematic of Italiot sculpture, constitutes an important part of the present research. A number of technical and stylistic questions are also reconsidered. Due to the small size of the corpus, it has not been possible to define different Italiot schools of sculptors. However, the Italiot acrolithes have been separated in three groups: those with complete heads, those whose heads are cut diagonally and those whose heads are cut vertically. Some topics which would have deserved a more in-depth examination than this allowed it, were summarised in the annexes: funerary Tarentine sculpture, metopes of the sanctuary on the Sele and the Greek sculptures discovered in Italic contexts, such as the miniature temple and goddess from Garaguso.