Thibault MIGUET

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
samedi 23 novembre 2019 - 14:30
Recherches sur l'histoire du texte grec du Viatique du voyageur d'Ibn al-Ǧazzār

Thibault MIGUET soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Brigitte MONDRAIN

  • École Pratique des Hautes Études - 17 rue de la Sorbonne - 75005 Paris. Salle : Gaston Paris (D064) - Escalier E, 1er étage
  • Jury : Mme Brigitte MONDRAIN, Mme Alessia GUARDASOLE, Mme Danielle JACQUART, Mme Valérie FROMENTIN, M. Antonio ROLLO

Résumé

Cette thèse de doctorat se propose, en deux grandes parties, de donner pour la première fois un examen exhaustif, philologique et historique, de la tradition manuscrite grecque du Viatique du voyageur (Ἐφόδια τοῦ ἀποδημοῦντος), encyclopédie médicale en sept livres composée en arabe par le médecin kairouanais Ibn al-Ǧazzār (mort en 979). Un premier temps du travail consiste en une présentation mise à jour du traité arabe, de son auteur et de ses traductions latine, hébraïque et enfin grecque, sur laquelle porte l’essentiel de l’étude. Cette dernière, effectuée en Italie méridionale dans la seconde moitié du XIe siècle, est une traduction très fidèle et littérale de l’original arabe ; elle a cependant fait l’objet, très vite, d’un travail philologique qui a consisté en l’ajout d’éléments par rapport au texte arabe. Même si son succès a été notable (pas moins de quarante-huit témoins le transmettent à ce jour), le texte grec reste encore totalement dépourvu d’édition critique et un nombre très restreint d’études - sur lesquelles ce travail fait une mise au point - se sont attachées à aborder les problèmes que pose sa tradition manuscrite. Dans une seconde partie, le travail offre une description, matérielle et philologique, de quarante-et-un témoins manuscrits (correspondant à la totalité de la tradition manuscrite jusqu’à la fin du XVIe siècle), qu’il est possible de regrouper en quatre familles. Si la traduction a été effectuée en Italie méridionale et que les manuscrits les plus anciens conservés en sont originaires, c’est à Byzance, en particulier aux XIVe et XVe siècles que le texte va acquérir un statut d’encyclopédie médicale de référence, comme en témoignent le nombre de copies produites dans un espace de temps limité (plus de la moitié en moins de deux cents ans) et la présence d’une version révisée manifestant la volonté de médecins byzantins de s’approprier ce texte qui est - il ne faut pas l’oublier - une traduction depuis l’arabe. L’étude détaillée des témoins manuscrits et la mise en évidence des relations qui existent entre eux aboutissent, en conclusion, à une synthèse générale de la tradition manuscrite qui reprend tous les fils tissés au cours de ce travail.

Abstract

This doctoral dissertation composed of two main parts offers, for the first time, a thorough philological and historical analysis of the Greek manuscript transmission of the Provisions of the Traveller (Ἐφόδια τοῦ ἀποδημοῦντος), a medical handbook written in Arabic by the Kairouan doctor Ibn al-Ǧazzār (d. 979). The first part of the thesis consists in an updated presentation of the Arabic version, its author, and its Latin, Hebrew and Greek translations. The latter makes up the core of this study : translated in southern Italy in the second half of the 11th century, the Greek text represents a very faithful and literal rendering of the Arabic original. Nevertheless, it was soon re-worked from a philological perspective, with the addition of some external material as compared with the original Arabic text. Even though this translation enjoyed great success (no less than forty-eight copies are preserved to this day), the Greek text still lacks any critical edition and a very few studies - of which the thesis provides an analysis - have tackled the issues of its manuscript transmission. In the second part, the dissertation gives a material and philological description of forty-one codices (i.e. the totality of the manuscript transmission up to the end of the 16th century) that can be grouped into four families. Although the Greek translation was made in southern Italy and the oldest testimonies were copied in that region, it was in Byzantium, especially in the 14th and 15th centuries, that the text earned its reputation as an essential medical handbook. Its importance as a reference is clear from the number of codices copied in a limited amount of time (more than half of them in less than two hundred years) as well as the existence of a revised version of the translation indicating the will of Byzantine doctors to render this original Arabic text a Byzantine work. The detailed study of the manuscript testimonies and the illustration of the relationships between them result in a comprehensive and conclusive summary of the manuscript transmission of the Provisions of the Traveller which draws together the central themes of this thesis.