Stéphane PÉQUIGNOT

Diplôme :
HDR
Date :
mardi 05 juin 2018 - 14:00

M. Stéphane PÉQUIGNOT présente ses travaux en soutenance en vue de l'obtention de l'Habilitation à diriger des recherches

  • En Sorbonne, EPHE, salle Gaston Paris, Esc. E, 1er étage, 17 rue de la Sorbonne, 75005 PARIS
  • Jury : M. ARMAND JAMME, M. DENIS MENJOT, M. JEAN-MARIE MOEGLIN, Mme ROSER SALICRÚ I LLUCH, M. DOMINIQUE VALÉRIAN, M. JEAN-CLAUDE WAQUET

Stéphane Péquignot présentera un dossier d’habilitation à diriger des recherches intitulé « Ouvrir des voies, entrer dans les négociations. Recherches sur les acteurs, les pratiques et les usages de la diplomatie (XIIIe-XVe siècles) ». Il se compose de trois parties. La première est un mémoire de synthèse (« De l’étranger. Faire de l’histoire de la diplomatie et des monarchies ibériques »), qui retrace les principales étapes d’un parcours européen de recherches, puis met en perspective un ensemble d’enquêtes monographiques, de synthèses et de projets collectifs envisageant la diplomatie et les pratiques de négociation à la fin du Moyen Âge. Un choix de publications, réunissant un livre, 37 articles parus depuis la thèse et deux articles inédits, forme la deuxième partie du dossier. Celle-ci est distribuée en quatre volumes thématiques : « Diplomatie et négociations, approches comparatives et globales » ; « La diplomatie des rois d’Aragon (dynastie de Barcelone) » ; « Barcelone au XVe siècle, observatoire des pratiques d’information et de négociation » ; « Questions d’archives et d’historiographie ibériques – du Moyen Âge à l’époque contemporaine ». Le dossier est complété par un mémoire inédit intitulé « Une mer troublée. La grande division des terres du roi de Majorque (1324-1326) » (2 volumes, 625 pages). Cette monographie porte sur les luttes internes et internationales consécutives à la mort du roi Sanche de Majorque. Jacques, son neveu et héritier désigné, est alors un enfant. Il est défendu par le pape, mais ses droits au trône sont contestés par le roi d’Aragon. Sur les terres auparavant soumises à Sanche, en Roussillon, en Cerdagne, dans les îles Baléares, à Montpellier, tous reconnaissent la légitimité de Jacques de Majorque. La détermination du regimen du roi et de ses terres crée cependant de profonds clivages. Il en résulte des expériences politiques différentes selon les territoires, et même une guerre. En se fondant sur des matériaux pour la plupart inédits rassemblés dans une dizaine d’archives, la « grande division » est envisagée sous trois perspectives complémentaires. C’est à la fois une part de l’histoire de la Maison majorquine et de ses territoires mis à l’épreuve, une affaire diplomatique et, enfin, un moment de doute et d’expérimentation politiques. L’étude propose une reconstitution chronologique et analytique de l’affaire, en distinguant le temps de la succession, qui s’inscrit dans la longue histoire des rapports entre les rois d’Aragon et de Majorque, la brève mais intense irruption d’une discorde qui provoque de nombreux dégâts (omne regnum in se divisum desolabitur), puis les cheminements complexes sur les voies de la négociation, des réparations et de la concorde.