Silvia DI VINCENZO

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
vendredi 19 octobre 2018 - 10:00
Avicenne, Livre de la Guérison, Isagogé ("Madkhal"). Edition du texte arabe, traduction anglaise et commentaire

Mme Silvia DI VINCENZO soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Maroun AOUAD et M. Amos BERTOLACCI

Cotutelle : Scuola Normale Superiore di Pisa (ITALIE)

  • Scuola Normale Superiore, Palazzo della Carovana, 7, P.zza dei Cavalieri, 56126 Pisa (PI) - ITALIE
  • Jury : M. Maroun AOUAD, M; Charles GENEQUAND, Mme Cornelia SCHÖCK, M. Amos BERTOLACCI, M. George SALIBA, M. Tony STREET, Mme Ivana PANZECA, M. Mario PIAZZA

Résumé

La thèse traite d’une section de la plus grande somme philosophique d’Avicenne (Ibn Sīnā, m. 1037), le Livre de la Guérison (Kitāb al-Šifāʾ). La somme s’articule en quatre parties qui concernent la logique, la philosophie naturelle, les mathématiques et la métaphysique ; la section dont il est question dans la thèse correspond à la réélaboration de l’Isagogé de Porphyre par Avicenne (Kitāb al-Madḫal, « Livre de l’Introduction ») qui ouvre la section de logique du Šifāʾ. La thèse est articulée en trois parties principales, c’est-à-dire (i) une édition du texte arabe du Madḫal d’Avicenne, (ii) une traduction en anglais et (iii) un commentaire de l’ouvrage ; ces trois parties principales sont précédées d’une Introduction (0) en deux parties, la première (0a) étant une Introduction Générale aux innovations doctrinales majeures de l’ouvrage, et la deuxième (0b) étant une Introduction à l’édition du texte, qui inclut la première étude systématique de sa tradition directe et indirecte et qui expose les critères suivis dans l’édition. (i) La seule autre édition existante du Madḫal d’Avicenne est celle imprimée au Caire en 1952 (réimprimée à Téhéran en 1983 et à Beyrouth en 1993), basée sur dix manuscrits. L’énorme tradition manuscrite du Madḫal d’Avicenne et, en général, du Livre de la Guérison, reste toujours à explorer. Selon les résultats provisionnels de la recherche bibliographique conduite dans le cadre de ce travail, on peut estimer que la tradition manuscrite du Madḫal compte au moins 119 manuscrits, avec la possible addition de 14 autres manuscrits (comme illustré dans l’Introduction à l’édition, 0b). Loin d’être représentatif de la tradition textuelle de l’ouvrage, le texte de l’édition du Caire a été constitué sur la base de dix manuscrits qui n’ont pas été choisis sur la base des critères philologiques, et dont les relations stemmatiques sont inconnues. Même si une édition l’édition offerte dans la thèse utilise un nombre de manuscrits plus vaste que l’édition du Caire et sélectionne les témoins par une collation préliminaire achevée sur des morceaux du texte. Le but d’une telle collation préliminaire est de sélectionner les manuscrits d’une façon moins arbitraire et de fournir une reconstruction de leurs relations stemmatiques (proposée dans l’Introduction, 0b). En général, l’édition ici proposée inclut 32 manuscrits choisis parmi les 68 inspectés, dont 21 ont été systématiquement collationnés et 11 ont été éliminés en tant que codices descripti. La présente édition considère aussi la traduction latine du douzième siècle, comptée parmi les témoins les plus anciens de l’ouvrage. Ce travail éditorial est censé apporter une amélioration par rapport à l’édition du Caire dans un nombre de points cruciaux pour la compréhension des argumentations d’Avicenne. (ii) Au début de ce projet, traductions intégrales du Madḫal d’Avicenne en langue moderne étaient disponibles uniquement en turque et en russe. Bien que des traductions partielles de l’ouvrage en d’autres langues aient été produites, une traduction anglaise complète était encore un desideratum. La thèse offre une traduction anglaise intégrale basée sur le texte arabe qui vient d’être établi, visant à préserver le plus possible la cohérence dans la traduction des termes philosophiques principaux. La traduction est complémentée par un apparat de notes, afin de faciliter la compréhension immédiate du texte. (iii) La troisième section de la thèse offre un commentaire systématique du Madḫal d’Avicenne, qui est censé supporter une lecture plus profonde du texte dans son intégrité. Le commentaire envisage soit les aspects historiques, soit les aspects philosophiques et inclut, plus en détail, l’analyse et l’identification, si possible, des sources d’Avicenne, en mettant en évidence les points de majeur intérêt philosophique du travail abordés de façon globale dans l’Introduction Générale (0a).

Abstract

The thesis deals with a section of the major philosophical summa by Avicenna (Ibn Sīnā, d. 1037), namely the Book of the Healing (Kitāb al-Šifāʾ). The summa is structured into four parts, devoted to Logic, Natural Philosophy, Mathematics and Metaphysics; the section at stake is Avicenna’s reworking of Porphyry’s Isagoge (Kitāb al-Madḫal, i.e. “Book of the Introduction”) opening the section of Logic of the Šifāʾ. The thesis is articulated into three main parts, namely (i) an edition of the Arabic text of Avicenna’s Madḫal, (ii) an English translation and (iii) a systematic commentary; these three main parts are preceded by an Introduction (0) divided into two halves: (0a) a General Introduction focused on the doctrinal major innovations of the work and (0b) an Introduction to the Edition of the text, which offers a first comprehensive study of its direct and early indirect tradition and explains the criteria of the edition. (i) The only previous edition of Avicenna’s Madḫal was the one printed in Cairo in 1952 (then reprinted in Tehran in 1983 and in Beirut in 1993), based on ten manuscripts. The huge manuscript tradition of Avicenna’s Madḫal – and, more in general, of Avicenna’s Book of the Healing – is still a matter of investigation. According to the provisional results of the bibliographical research conducted in the present work, it can be estimated that the manuscript tradition of the Madḫal amounts to at least 119 certain witnesses and 14 possible additional witnesses (as explained in the Introduction to the edition, 0b). The text of the Cairo edition, far from being representative of the whole textual tradition, was reconstructed on the basis of ten manuscripts that were not selected on the basis of philological criteria and whose reciprocal stemmatic relations were not clear. Although a critical edition based on all the 119 certain witnesses of the work exceeds the scope of the present work, the edition provided in the thesis takes into account a larger number of manuscripts than the Cairo edition did and, most importantly, selects them by means of a preliminary collation made on portions of the text. The purpose of this preliminary collation is making the selection of the manuscripts employed less arbitrary and providing a reconstruction of their stemmatic relations (in the Introduction, 0b). Overall, 32 manuscripts among the 68 inspected were employed in the edition here proposed, 21 of which were systematically collated and 11 were eliminated as codices descripti. The present edition also assumes as a witness the twelfth-century Latin translation of the work, which is, at the present moment, among the earliest extant witnesses of the text. Hopefully, this editorial work allowed us to improve the text of the Cairo edition in a number of points that are crucial to the correct understanding of Avicenna’s argumentation. (ii) As this project started, complete translations of Avicenna’s Madḫal in modern languages were only available in Turkish and Russian. Chapters of the work had also been translated in other languages, but an English translation of the whole work was still a desideratum. A complete English translation is provided in the thesis, based on the newly-established Arabic text of the work and aiming at preserving the major possible consistency in rendering the relevant philosophical terms. As a complement to the translation, an apparatus of notes is offered to facilitate the immediate understanding of the text. (iii) The third section of the thesis consists in a systematic commentary on Avicenna’s Madḫal, which is meant to support a deeper understanding of the text in its entirety. The commentary deals with both historical and philosophical aspects; more in detail, it includes an analysis and an identification, when possible, of Avicenna’s sources, and underlines the points of major philosophical interest of the work, which are dealt in a more comprehensive manner in the General Introduction (0a).