Pauline BOUCHAUD

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
samedi 08 décembre 2018 - 14:00
Le chanoine limousin Étienne Maleu († 1322), historien de son église

Mme Pauline BOUCHAUD soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Dominique BARTHÉLEMY

  • Sorbonne - 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris, escalier E, 1er étage, salle Gaston Paris
  • Jury : M. Dominique BARTHÉLEMY, Mme Isabelle GUYOT-BACHY, Mme Catherine VINCENT, M. Jean-Loup LEMAITRE, M. Jacques VERGER, M. Patrick HENRIET

Résumé

Étienne Maleu († 1322), chanoine de Saint-Junien (Haute-Vienne), a rédigé une chronique en latin. Il y raconte l’histoire de son église de l’an 500 jusqu’en 1316, date à laquelle il pose sa plume. L’auteur prend soin de consigner dans son « livre de mémoire », les biens et les droits de son chapitre à une époque où celui-ci voit ses horizons s’élargir considérablement à la suite de la nomination comme prévôt d’un membre de la curie pontificale avignonnaise. Étienne Maleu se distingue, parmi les historiens du début du XIVe siècle, par son profil singulier de chanoine de collégiale séculière ainsi que par la vaste érudition qu’il a mise au service d’une oeuvre au caractère très local. Comme son contemporain Bernard Gui, auquel il emprunte sa matière et sa méthode historiques, il est un digne représentant de cette histoire « technicienne », selon le terme de Bernard Guenée, qui s’épanouit dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge. En effet, le chanoine de Saint-Junien, qui a exploité des sources de natures très diverses (archéologiques notamment, qu’il a la particularité d’étudier dans une perspective liturgique), offre à son lecteur un récit construit et « documenté », y insérant, outre des analyses, la copie de vingt-sept chartes et bulles ainsi que de documents épigraphiques. La présente étude, qui vise à replacer Étienne Maleu dans la communauté des historiens médiévaux, s’accompagne d’une édition critique de sa chronique, réalisée à partir des différentes copies prises par des érudits des XVIIe et XVIIIe siècles, accompagnée de sa traduction commentée.

Abstract

Étienne Maleu († 1322), canon of Saint-Junien (Haute-Vienne), wrote a Latin chronicle. He related the story of his church from 500 to 1316. Indeed, he completed his work in 1316. The author carefully recorded the possessions and rights of his church. At this time, indeed, the pope appointed to the function of provost a member of his familia : it deeply changed the chapter’s composition and organization. Étienne Maleu was quite different from the other historians of the beginning of the fourteenth century. Indeed, he was a secular canon who belonged to a collegiate church. Furthermore, he demonstrated a vast erudition in the writing of a very local chronicle and wrote a scholarly history, as his contemporary Bernard Gui from whom he borrowed his historical knowledge and method. Indeed, the canon of Saint-Junien used a very large range of sources, that is to say chronicles, vitae sanctorum, necrologies, deeds, epigraphic and monumental sources, oral sources and his own memory. He offered a well-structured story. He transcribed twenty-seven deeds in his work and also inserted in his text the summaries of about thirty other deeds. This study aims to place Étienne Maleu in the community of medieval historians. It also offers a critical edition of his chronicle – which publishes the text of copies made from the original manuscript (which was probably burnt during the French Revolution in 1793) during the seventeenth and eighteenth centuries – and a translation with annotations.