Nicolas CANE

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Religions et systèmes de pensée
Date :
mardi 12 décembre 2017 - 14:00
Cempiyaṉ-Mahādevī, reine et dévote : un “personnage épigraphique” du Xe siècle

M. Nicolas CANE soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Charlotte SCHMID

  • Maison de l'Asie - 22 avenue du Président Wilson - 75116 Paris - Salon du 1er étage
  • Jury : CHARLOTTE SCHMID, LESLIE ORR, CATHERINE CLÉMENTIN-OJHA, VINCENT LEFÈVRE, EMMANUEL FRANCIS, DOMINIC GOODALL, PADMA KAIMAL

Résumé

Cette thèse porte sur la figure historique de la reine tamoule Cempiyaṉ-Mahādevī, épouse de Gaṇḍarāditya-Cōḻa (r. c.949-57) et mère d'Uttama-Cōḻa (r. 971-87). Restée dans l'Histoire comme la plus formidable patronne de temples de l'Inde méridionale, elle est célébrée comme un modèle de dévotion à son dieu et à son époux. L'ensemble du savoir sur la souveraine se fondant sur la production épigraphique qui enregistra son activité sur les sites śivaïtes du pays tamoul durant une période estimée à six décennies, la présente recherche se concentre sur ces sources premières. Présentées de façon indifférenciée comme des « inscriptions de la reine », elles n'avaient jamais été rassemblées, ni intégralement éditées, en dépit de la réputation dont elles jouissent depuis leurs premiers signalements par l'agence de recensement archéologique de l'Inde britannique. La thèse établit le corpus des mentions épigraphiques de Cempiyaṉ-Mahādevī sur lequel s'appuyer pour mettre en évidence la part jouée par cette somme d'épigraphes dans l'écriture de l'histoire d'une reine Cōḻa dont l'élaboration se fit dans le contexte de l'émergence des histoires régionales au XXe siècle. À l'issue d'une analyse structurale de la titulature épigraphique de la patronne royale enregistrée au cours des trois phases identifiées au sein de son activité, l'on montre que cette titulature constitue la trame d'un itinéraire biographique reconstruit. En confrontant ces inscriptions aux interprétations reçues dans plus d'un siècle de publications, l'étude livre une illustration de la notion de « personnage épigraphique ».

Abstract

This thesis examines the historical figure of the Tamil queen Cempiyaṉ-Mahādevī, the spouse of Gaṇḍarāditya-Cōḻa (r. c.949-57) and mother of Uttama-Cōḻa (r. 971-87). This woman, who went down in history as Southern India’s greatest patron of temple-building, is celebrated as a model of devotion to both her god and her husband. Since current knowledge on the queen appears to be based entirely on the epigraphic production that recorded her activity at Śaiva sites in the Tamil country during an estimated six–decade period, this study focuses on these primary sources. Indiscriminately conceived of as “inscriptions of the queen,” they have never been gathered together, nor edited in their entirety, despite the renown they have acquired from the time they were first reported by the Archaeological Survey of British India. The thesis draws up the corpus of Cempiyaṉ-Mahādevī’s epigraphical mentions. This will serve as the basis for examining the role played by this body of epigraphs in the writing of the history of a Cōḻa queen in the context of the twentieth-century rise of regional histories. Following a structural analysis of the royal patron’s epigraphic titulature recorded over the three identified phases within her activity, it is shown that this titulature serves as a framework for a reconstructed biographical itinerary. By confronting these inscriptions with the interpretations they received over more than a century of publication, the study provides an illustration of the concept of an “epigraphic persona.”