Nadja ACKERMANN

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
jeudi 21 février 2019 - 14:00
Die carrière diplomatique von Jean-Pierre de Chambrier d'Oleyres (1753-1822) als Ressource der adligen Selbst-Bildung

Mme Nadja ACKERMANN soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Jean-Claude WAQUET et M. Christian WINDLER

Co-tutelle avec l'université de Berne (SUISSE)

  • Historisches Institut - Universität Bern - Länggassstrasse 49, 3012 Bern, Suisse, salle B010
  • Jury : Jean-Claude WAQUET, M. Christian WINDLER, M. André HOLENSTEIN, Mme Claire GANTET

Résumé

Quelles pouvaient être les raisons motivant un noble à se consacrer au service diplomatique d’un prince au XVIIIe siècle ? En mettant au coeur de son analyse la lecture praxéologique des cinquante tomes du journal de Jean-Pierre de Chambrier d’Oleyres (1753-1822), issu d’une famille patricienne neuchâteloise, l’étude affine la réponse intuitivement donnée à cette question, c’est-à-dire la distinction. L’apport de la perspective praxéologique est notamment de révéler que la distinction familiale au sein de la société d’ordres ne présentait qu’une des facettes de la distinction sociale à l’époque moderne. À cette facette il faut en ajouter une autre qui ne fut jusqu’à présent que rarement évoquée par les historiens, à savoir l’aspiration à une distinction individuelle au sein de la famille. L’analyse des 24000 pages du journal de Chambrier d’Oleyres en combinaison avec sa correspondance particulière avec trois de ses cousins sur trente ans démontre que dans sa recherche du capital symbolique le Neuchâtelois visait non seulement la distinction familiale mais également un positionnement favorable au sein de la mémoire familiale. Ce deuxième niveau de distinction semble d’autant plus important à prendre en compte car c’est lui qui principalement poussa le diplomate Chambrier d’Oleyres à élaborer des stratégies d’optimisation tout en se servant des outils intellectuels mis à disposition par le siècle des Lumières, comme le raisonnement systématique ou le patriotisme. En outre, l’étude appelle à accorder plus d’attention au cadre de pensée et à la conception de soi des acteurs afin d’approfondir la compréhension des changements socio-politiques à la fin de l’Ancien Régime.

Abstract

Why was a nobleman at the end of the 18th century interested in making career within the diplomatic service of a sovereign? The present study refines the intuitive answer usually given, i.e. the search for social distinction, by placing at the heart of its analysis the praxeological reading of the 50 diary volumes written from 1780 to 1822 by Jean-Pierre de Chambrier d’Oleyres (1753-1822), an offspring of a patrician family from the principality of Neuchâtel. The praxeological perspective reveals that the seek for the family lineage’s social distinction within the estates of the realm was only one side of the early modern efforts for social distinction. There existed another one seldom mentioned by scholars, namely the aspiration for individual distinction within the family and the family memory. The combined analysis of the 24,000 pages long diary and of Chambrier d’Oleyres’ personal correspondence with three cousins, a letter exchange they conducted over 30 years, shows that, in pursuing for symbolic capital, Chambrier d’Oleyres aimed for increased family distinction as well as aspired to a prominent position within the ancestral gallery. This second kind of striving for distinction must be further stressed. It was the main incentive pushing d’Oleyres to elaborate optimisation strategies using the Age of Enlightenment’s conceptual tools at his disposal like the systematic reasoning or patriotism as discursive resource. The present study encourages to pay henceforth more attention to the mental framework and the self-conception of premodern actors in order to deepen our understanding of the socio-political changes at the end of the Ancien Régime.