Myriam FILIPPI

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Religions et systèmes de pensée
Date :
mercredi 03 juillet 2019 - 15:00
Un catholicisme d'ouverture. Les mouvements catholiques d'éducation populaire et leurs membres musulmans en France (années 1960 - années 2010)

Mme Myriam FILIPPI soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Dominique AVON

  • Maison des Sciences de l'Homme - 54 Boulevard Raspail, 75006 Paris. Salle 1
  • Jury : M. Dominique AVON, Mme Céline BERAUD, Mme Jocelyne CESARI, M. Denis PELLETIER, Mme Claire de GALEMBERT, M. Haoues SENIGUER

Résumé

C'est à partir des années 1960, dans un contexte de croissance de la population immigrée en France et de réception par les catholiques du concile Vatican II, que s'est faite la rencontre entre des mouvements catholiques d'éducation populaire (la JOC-F, l'ACE et les Unités Soleil des Guides de France) et des jeunes issus de l'immigration maghrébine et turque, souvent par l'intermédiaire de prêtres, religieux et religieuses spécialisés dans l'apostolat en milieu populaire. Très vite, les responsables des mouvements, imprégnés par le tiers-mondisme chrétien, affirment leur souci de respecter ces jeunes dans leur culture immigrée et dans leur religion spécifique, en s'appuyant sur les conseils de spécialistes catholiques de l'islam. Certains de ces jeunes musulmans prennent des responsabilités et affirment l'importance de cet engagement dans leur vie d'un point de vue politique mais aussi religieux. Ils témoignent ainsi être devenus « meilleurs musulmans », tout en ayant conscience de l'originalité de leur foi par rapport à celle de leurs parents, du fait d'un phénomène de mimétisme spirituel qui accentue une tendance à l'individualisation du rapport au religieux constatée à partir des années 1980 chez la majorité des jeunes musulmans de leur génération. Dans les années 1980, cette présence de jeunes musulmans est à l'origine de questionnements à l'ACE et à la JOC-F, mouvements qui tendent à réaffirmer leur projet apostolique dans le contexte du pontificat de Jean-Paul II. Les débats, parfois conflictuels, portent principalement sur les temps spirituels entre musulmans et sur la prise de responsabilités par des musulmans. Ils s'estompent dans les années 1990, à un moment où le nombre des jeunes musulmans « rejoints » par l'ACE et la JOC-F décline. À partir des années 1990, c'est aux Scouts de France puis aux Scouts et Guides de France que les musulmans sont les plus nombreux, grâce à la mise en place de propositions spécifiques à destination des jeunes de milieux défavorisés. Dans ces mouvements, la présence de jeunes musulmans est alors analysée et valorisée en termes de dialogue interreligieux, dans un contexte de croissance des initiatives interreligieuses en France.

Abstract

In the 1960s, in the wave of the reception by the Catholics of the Second Vatican Council in a context of increasing immigrant population in France, Catholic popular education movements like JOC-F (association of Young Christian Workers), ACE (Catholic Action for Children) and the Sun Units of the Girl Guides of France, started interacting with young people from North African and Turkish background, often through priests and religious dedicated to the apostolate in popular milieu. Very quickly the leaders of those movements, inspired by Christian Third-Worldism, affirm their concern to respect these young people’s immigrant culture and specific religion, based on the advice of Catholic specialists of Islam. Some of these young Muslims take on responsibilities and affirm the importance of this commitment in their lives from a political as well as a religious point of view. They express that they have become "better Muslims", while being aware of the originality of their faith compared to that of their parents, because of a phenomenon of spiritual mimicry which reinforces the overall trend toward the individualization of one’s relationship to religion, common to the majority of young Muslims of their generation. In the 1980s, the presence of young Muslims raises questions within ACE and JOC-F movements that were at the same time reaffirming their apostolic project in the context of John Paul II’s pontificate. The sometimes divisive debates focus mainly on "Muslim times" and the taking on responsibilities by Muslims. They fade in the 1990s, at a time when the number of young Muslims "joined" by ACE and JOC-F declines. From the 1990s onwards, Muslims are more numerous within the Scouts of France and then the Scouts and Girl Guides of France, through the development of proposals specifically directed to disadvantaged youth. In these movements, the presence of young Muslims is analysed and valued in terms of interfaith dialogue, in a period of increasing interfaith initiatives in France.