Motia ZOUIHAL

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
samedi 16 décembre 2017 - 14:00
Le pouvoir et les soufis en Syrie et en Egypte sous Nūr al-Dīn, Saladin et les premiers Ayyoubides de 549/1154 à 596/1200

M. Motia ZOUIHAL soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Jean-Michel MOUTON

  • EPHE - Sorbonne au 17, rue de la Sorbonne 75005 PARIS - Escalier E - 1er étage, salle D064
  • Jury : M. François DEROCHE, M. Jacques PAVIOT, M. Jean-Charles DUCENE, Mme Bernadette MARTEL-THOUMIAN, M. Jean-Michel MOUTON, Mme Randi DEGUILHEM

Résumé

Cette thèse cherche à étudier les rapports entre le pouvoir et les soufis en Syrie et en Égypte à l'époque de Nûr al-Dîn (1154-1174) et de son successeur Saladin (1174-1193). En cette seconde moitié du XIIe siècle, les croisades et la lutte contre les Fatimides et leur idéologie firent de la présence des soufis et des mystiques sur ces territoires une opportunité pour les gouvernants en quête de légitimité. Différents groupes de soufis originaires d'Iran, du Caucase, de Jazîra, du Maghreb et d'al-Andalus convergèrent alors vers ces territoires centraux du dâr al-Islam pour participer à la vie religieuse et soutenir la politique religieuse de ces princes. Les contacts entre le pouvoir et les shaykh; soufis furent alors nombreux et ces derniers se virent confier un certain nombre de missions, notamment diplomatiques, les impliquant directement dans la vie politique. Une politique de construction de lieux d'accueil (ribât et khânqâh) pour les soufis financés par des waqf mobilisa les souverains ainsi que les hommes et les femmes de leur entourage. L’histoire de ces fondations soutenues par le pouvoir est au centre de cette thèse qui cherche aussi à comprendre le mode de vie de ces populations et à étudier les conséquences qu’eut cette ingérence du pouvoir sur la vie matérielle des mystiques au sein de leur structure d'accueil.

Abstract

This thesis seeks to study the relationship between the authorities and the Sufis in Syria and Egypt in the time of Nûr al-Dîn (1154-1174) and his successor Saladin (1174-1193). In the second half of the twelfth century, the Crusades and the conflict against the Fatimids and their ideology made of the presence of the Sufis and Mystics on these territories an opportunity for rulers in search of legitimacy. Different groups of Sufis from Iran, the Caucasus, the Jazîra, the Maghreb and al-Andalus converged to these central territories of the dâr al-Islâm to take part in religious life and support the religious policy of these princes. Contacts between the authorities and the Sufi shaykh were numerous and the latter were entrusted with a number of missions, including diplomatic missions, directly involving them in political life. A building policy of hosting structures (ribât and khânqâh) for the Sufis, supported by the waqf, mobilized the rulers as well as the men and women of their entourage. The history of these foundations supported by the authorities is at the center of this thesis which also seeks to understand the way of life of these populations and to study the consequences that the interference of the authorities had on the material life of the mystics within their hosting structures.