Mme Maud HARIVEL

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
lundi 26 septembre 2016 - 14:30
Entre justice distributive et corruption : les élections politiques dans la République de Venise (16e - 18e siècles)

Mme Maud HARIVEL soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Jean-Claude WAQUET et M. Christian WINDLER

Cotutelle : Université de Berne

  • Universität Bern, HistorischesInstitut, Langgassstrasse 49, CH-3000 Bern 9, SUISSE
  • Jury : Mme Dorit RAINES, Mme Simona SLANICKA, M. Jean-Claude WAQUET, M. Christian WINDLER

Résumé

Les élections politiques dans la République de Venise provoquaient des tensions entre normes républicaines, légales, sociales et religieuses. En conséquence, les patriciens développèrent une culture informelle constituée de diverses pratiques appelée “broglio” pour concilier ces normes. Cette culture se déroulait en parallèle aux élections et pouvait à la fois les dévier de leur objectif principal que les rendre plus fluide. Cette étude a pour objectif de mettre en lumière comment une culture pré-électorale de la campagne politique a réussi à s’imposer alors qu’elle était interdite. 1500 patriciens prenaient place dans le Grand Conseil chaque dimanche et pendant les jours fériés pour élire les candidats. Le système électoral était strict : à travers une procédure complexe, seul le meilleur, le plus compétent et le plus loyal envers la patrie devait être élu sans prendre en considération les liens familiaux et clientélaires. Les patriciens appelaient ce principe “justice distributive” en référence au concept d’Aristote. Or, les patriciens devaient également soutenir les intérêts de leur famille. De plus, ils étaient intégrés dans un réseau clientélaire où les obligations mutuelles devaient être respectées. Si un patricien ne les honorait pas, il était exclu de la vie politique. Afin de réconcilier les normes républicaines avec les enjeux familiaux ou les intérêts de leurs amis et clients, les patriciens ont développé une culture informelle parallèle aux élections : le broglio. Certaines pratiques étaient illégales mais elles étaient tolérées de fait. D’autres, telle la corruption par l’argent, n’étaient ni légales ni légitimes.

Abstract

Between distributive justice and corruption : political elections in the Republic of Venice (1500-1797)

Political elections in the early modern Republic of Venice used to generate tension between republican, legal, social and religious behavioral norms. As a result, Venetians developed a culture of informal practices called broglio to harmonize these norms. This culture ran parallel to elections and could both thwart and smooth them. The analysis aims to highlight how a pre-election culture of political campaign managed to establish itself though it was forbidden. 1500 Patricians sat in the Great Council every Sunday and even on public holidays to elect candidates. The electoral system was strict: through a complex procedure, only the best, the most competent, and those most loyal to the motherland were to be elected, without any consideration of familial and friendship ties. Patricians called it distributive justice, a concept dating back to Aristotle. Patricians had to favour the interests of the family. Besides, they were integrated in clientele networks, where mutual obligations had to be honoured. Whoever did not respect his social duties was excluded from political life. To reconcile republican norms with familial and friendship’s issues, they established an informal culture that existed in parallel with the elections: the broglio. Some practices were legally not permitted, yet tolerated to a certain extent. Others, such as monetary bribery were inacceptable at all levels.