Mathilde CERVEL

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
vendredi 08 novembre 2019 - 14:00
Pratiques funéraires de la transition entre l’âge du Bronze moyen et l’âge du Bronze final dans le sud-est du Bassin parisien : une approche archéo-anthropologique

Mathilde CERVEL soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Stéphane VERGER

  • Ecole Normale Supérieure, 45 rue d'Ulm, 75005 Paris, salle F
  • Jury : M. Stéphane VERGER, M. Henri DUDAY, M. Eugène WARMENBOL, M. Claude MORDANT, M. Stéphane ROTTIER, Mme Sylvie BOULUD-GAZO, Mme Caroline POLET

Résumé

Le sud-est du Bassin parisien se situe, pour la période de transition entre l’âge du Bronze moyen et l’âge du Bronze final, au contact de deux grands courants culturels : les cultures Nord-alpine et Manche/Mer-du-Nord. Les sites funéraires retrouvés le long des cours de la Seine et de l’Yonne ont permis de mettre au jour des pratiques funéraires variées correspondant notamment à des sépultures longues et des sépultures courtes. Les études antérieures ont mis en avant une influence majeure de la culture Nord-alpine sur cette zone géographique. Elles ont aussi proposé la provenance extérieure de certains individus. A la suite de ces travaux, cette étude a repris l’ensemble des données de quatorze sites présentant des inhumations et pour lesquels des données archéologiques et ostéologiques étaient accessibles. Le but de cette relecture était d’établir si des groupes de populations pouvaient effectivement être déterminés d’un point de vue archéologique puis validés d’un point de vue biologique par des observations métriques et morphologiques grâce aux caractères discrets. L’observation pour chacune des échelles de l’étude n’a pas révélé de groupe de population distinct. Elle a toutefois permis de proposer des fonctionnements spécifiques selon chacun des groupes de sépultures. De plus, la présence de sépultures courtes où certains défunts subissent des manipulations pourraient révéler l’existence d’autres circuits de traitement des corps, hors des contextes de nécropoles. Leur mise en parallèle avec le développement majeur de la pratique de l’incinération et du nombre d’individus sur les sites pourrait indiquer un accès progressif facilité à l’espace funéraire.

Abstract

The south-east of the Paris Basin is, for the transition period between the Middle Bronze Age and the Final Bronze Age, in contact with two major cultural currents: the North-Alps and the Manche/North Sea cultures. The burial sites found along the Seine and Yonne rivers have revealed various funeral practices, including long and short burials. Previous studies have highlighted a major influence of North-Alpine culture on this geographical area. They also proposed the external provenance of certain individuals. Following these works, this study included all the data from fourteen sites with burials for which archaeological and osteological data were available. The purpose of this review was to establish whether population groups could indeed be determined from an archaeological point of view and then validated from a biological point of view by metric and morphological observations using discrete traits. Observation for each of the study scales did not reveal a distinct population group. However, it has made it possible to propose specific configurations for each of the burial groups. In addition, the presence of short graves where some skeletons are manipulated could reveal the existence of other circuits for the treatment of bodies, outside the context of necropolises. Their comparison with the major development in the practice of incineration and the number of individuals on these sites could indicate a gradual and facilitated access to the funeral space.