Maggy NUGUES

Diplôme :
HDR
Date :
mercredi 20 décembre 2017 - 10:00

Mme Maggy NUGUES présente ses travaux en soutenance en vue de l'obtention de l'Habilitation à diriger des recherches

  • Université de Perpignan, CRIOBE, Salle des séminaires, 58 av. Paul Alduy, 66100 Perpignan
  • Jury : M. MEHDI ADJEROUD, Mme CLAUDIE DOUMS, Mme MARTINE HOSSAERT-MCKEY, Mme CLAUDE PAYRI, M. SERGE PLANES, Mme NATHALIE TAPISSIER-BONTEMPS

 

Étude de l’écologie des algues benthiques et de leurs interactions négatives et positives avec les coraux

Depuis quelques décennies, les écosystèmes coralliens sont sous la menace de divers forçages anthropiques et environnementaux, dont l’intensité et la fréquence augmentent. Des « phase shifts » ou changements de phase de récifs dominés par le corail puis par les algues benthiques sont de plus en plus fréquents. Ces changements entraînent avec eux une augmentation des contacts entre coraux et algues et une possibilité pour les algues de devenir actrices dans la dégradation des récifs coralliens. Mes activités de recherche ont porté principalement sur les algues benthiques et leurs interactions avec les coraux. J’ai conduit des travaux sur la dynamique des algues, leurs forçages anthropiques et naturels, et les conséquences de leurs variations d’abondance sur les processus écologiques. Mes travaux ont notamment mis en évidence la nature spécifique des interactions coraux-algues, l’existence de mécanismes de défense chez les coraux, et la capacité des algues à déclencher des maladies coralliennes.
Pour les cinq prochaines années, j’ai développé un projet collaboratif sur l’interaction algue coralline - corail. Les algues corallines sont, après les coraux, les deuxièmes bâtisseurs des récifs coralliens. Cependant, elles sont encore méconnues par les écologistes. Elles pourraient avoir un rôle clé comme attracteur de larves de coraux et contribuer à l’ensemencement du microbiome de ces derniers lors des premiers stades de vie. Ce projet propose d’unir observations sur le terrain, expériences en laboratoire, et techniques de pointe en microbiologie, génétique, écologie chimique et métabolomique pour caractériser la nature de l’interaction microbienne et chimique entre ces deux organismes. Il vise également à déterminer comment les menaces globales et locales altèrent cette interaction et à évaluer l’utilisation de ces « acteurs invisibles » (algues, procaryotes et biomolécules) pour la restauration des récifs coralliens. Au vu de la vulnérabilité des récifs coralliens face au changement climatique, ce projet répond à la nécessité de mieux comprendre les mécanismes du recrutement corallien afin de favoriser le repeuplement des récifs en déclin. Au contraire des nombreuses études démontrant les effets négatifs des algues et des microbes sur les coraux, il valorise les interactions positives entre espèces.