Loïc VAUZELLE

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Religions et systèmes de pensée
Date :
mardi 30 janvier 2018 - 10:00
Tlaloc et Huitzilopochtli : éléments naturels et attributs dans les parures de deux divinités aztèques aux XVe et XVIe siècles

M. Loïc VAUZELLE soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Sylvie PEPERSTRAETE

  • EPHE - Maison des Sciences de l'Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, salle 01 - 1er sous-sol
  • Jury : Mme Sylvie PEPERSTRAETE, Mme Brigitte FAUGERE, Mme Katarzyna MIKULSKA, Mme Danièle DEHOUVE, Mme Mme Aline HEMOND

Résumé

Les divinités vénérées par les Aztèques dans le Mexique central étaient nombreuses et complexes. Afin de mieux comprendre ces entités, les chercheurs ont adopté différentes approches dans leurs études au cours des dernières décennies, mais la matérialité des parures divines est restée un sujet peu exploré. Malgré l’importance que l’on reconnaît aux attributs, aucune étude ne s’est intéressée de manière globale et systématique aux matériaux qui constituaient les dieux et à leurs significations. Pourtant, ces derniers étaient au fondement des divinités qui incarnaient notamment des manifestations naturelles et se matérialisaient dans le monde des hommes au moyen de formes physiques constituées de matériaux prélevés dans la nature. Elles pouvaient alors être représentées ou bien personnifiées par des statues ou des hommes revêtant les parures de ces entités. L’objectif de cette thèse est de proposer une méthode d’analyse des divinités d’un point de vue emic, fondée sur le déchiffrement de leurs parures et donc sur l’étude systématique des éléments naturels utilisés ou symbolisés dans celles-ci. En décomposant les parures de Tlaloc et de Huitzilopochtli, ce travail met en évidence les significations des matériaux en rapport avec les formes qu’ils prenaient (c’est-à-dire les attributs portés) et les supports corporels des dieux, ceci afin de restituer ce que représentaient ces deux entités pour les Aztèques et comprendre les variations qui affectaient leurs parures d’un contexte à un autre. Apparaît une conception de ces dieux parfois différente de celle que l’on pouvait en avoir, héritée des religieux et des conquérants espagnols.

Abstract

The deities honored by the Aztecs of Central Mexico were numerous and complex. In order to better understand these entities, Mesoamericanists have addressed this topic from different approaches over the past decades, but the materiality of the gods’ costumes has remained a little-explored subject. Despite the fact that the importance of the attributes is acknowledged by scholars, no study to this date has ever proposed a global and systematic analysis of the materials that composed the deities and of their meanings. However, they were a central part of the deities, given that most of them embodied natural phenomena and showed themselves in the world of men by means of physical forms made of materials taken from nature. In that case, they could be represented or personified by men who wore the costumes of these entities. The contribution of my dissertation is based on the development of a methodology to study the deities from an emic perspective and decipher the meaning of their costumes, which implies a systematic analysis of the natural elements they used or symbolized. By decomposing the costumes of Tlaloc and Huitzilopochtli, this work emphasizes the meanings of the natural elements in relation to the forms they took (i.e. the attributes worn) and the gods’ bodies, in order to understand what these two entities represented for the Aztecs and why their costumes could vary depending on the context. What comes to light is a conception of Tlaloc and Huitzilopochtli that can be different from the one we had, inherited from the Spanish missionaries and conquerors.