Kevin BOUILLOT

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Religions et systèmes de pensée
Date :
samedi 26 janvier 2019 - 14:00
« Ὡσ́ περ τὸ θεοὺς εἶναι… » Étude des « petits » sanctuaires oraculaires en Anatolie romaine

M. Kevin BOUILLOT soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Nicole BELAYCHE et M. Pierre BONNECHERE

Co-tutelle : Université de Montréal (CANADA)

  • INHA - 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Walter Benjamin
  • Jury : Mme Nicole BELAYCHE, M. Pierre BONNECHERE, M. Christian RASCHLE, M. Jean-Louis FERRARY, Mme Vinciane PIRENNE-DELFORGE, Mme Anne-Valérie PONT-BOULAY

Résumé

Les études historiques récentes ont remis en cause l’idée moderne d’une marginalité de la divination au sein de la religion grecque et la vision uniforme et souvent delphique du sanctuaire oraculaire, notamment en élargissant le spectre des sanctuaires étudiés. Cette recherche se propose de contribuer à ce réexamen. Restituer la diversité du phénomène oraculaire implique de s’interroger en premier lieu sur les caractéristiques des sanctuaires oraculaires, et de constituer donc une table lexicale de l’oracle grec qui puisse aider à son identification. Un recensement plus complet de ces sanctuaires est alors possible. Il a été réalisé pour l’Anatolie romaine, région particulièrement riche en témoignages et en sanctuaires. Quarante-six sanctuaires oraculaires anatoliens peuvent ainsi être identifiés et décrits aussi précisément que le permettent les documentations disponibles. Leur étude comparée montre alors la diversité du phénomène, irréductible à un seul modèle, une divinité, une méthode divinatoire ou une échelle. Elle met aussi en évidence l’inscription de ces sanctuaires dans la géographie humaine de l’espace anatolien, dans la vie religieuse des populations d’époque romaine (et pas seulement des cités ou des rois consultants), et plus largement dans la pluralité et complexité du polythéisme ancien, parfois au côté d’autres pratiques religieuses permettant un accès analogue au divin. C’est donc la catégorisation (en partie moderne) du sanctuaire oraculaire qui est interrogée et réexaminée, en constatant l’absence de frontières précises dans les pratiques et le vécu des Anciens, et la plasticité de la pensée grecque en matière oraculaire, divinatoire et religieuse.

Abstract

The recent historical studies questioned both the modern assumption that divinatory practices were marginal within the Greek religion and the uniform and often Delphic vision of the oracular sanctuary, partly by broadening the spectrum of the studied sanctuaries. This research intends to contribute to this reconsideration. Rendering the diversity of the oracular phenomenon implies questioning first the characteristics of the oracular sanctuaries. So doing, a lexical grid of the oracular sanctuary can be drawn and allows its systematic identification. Then a more complete survey can be applied to Roman Anatolia, a very rich region regarding testimonies and sanctuaries. Forty-six Anatolian sanctuaries can be identified this way, and described as far as allowed by available ancient documents. Studying and comparing these sanctuaries illustrate the diversity of the phenomenon that is irreducible to a single pattern, a deity, a divinatory method or a scale. On the contrary, it shows the embedding of these sanctuaries in the human geography of Anatolia, in the people’s religious life (and not only for consulting kings and cities) and on a wider scale in the whole plurality and diversity of ancient polytheism. It eventually shows the proximity between oracular practices and other Anatolian religious practices allowing an analogous access to the divine. It is eventually the (partly modern) category of the oracular sanctuaries that is to be questioned and reconsidered, given the blurry and imprecise borders within the ancient practices and experiences, and the plasticity of the Greek mind regarding divination and religion.