Hitomi OMATA RAPPO

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Religions et systèmes de pensée
Date :
mercredi 13 janvier 2016 - 14:00
Des Indes lointaines aux scènes des collèges : les reflets des martyrs de la mission japonaise en Europe (XVIe - XVIIIe siècle)

Cotutelle : Université de Fribourg

Mme Hitomi OMATA RAPPO soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Olivier CHRISTIN et M. Mario TURCHETTI

  • Le France - 190 avenue de France, 75013 Paris - Salle 116
  • Jury : M. Olivier CHRISTIN, M. Pierre-Antoine FABRE, M. Pierre-Emmanuel ROUX, M. Mario TURCHETTI

Résumé

Cette thèse analyse la réception en Europe des événements survenus au Japon pendant la période de mission, à l’époque moderne. Le discours diffusé dans le monde occidental avait commencé par un certain triomphalisme, incarné par les chrétiens japonais arrivés à Rome en 1585. Or, quand les autorités locales ont proscrit et poursuivi la nouvelle religion, il a évolué vers une rhétorique centrée sur la notion de « martyr ». Par la suite, cette idée a été activement utilisée pour présenter l’expérience chrétienne japonaise dans l’Europe moderne, et son emploi était intimement lié à la pensée politique et religieuse de l’époque. Les martyrs du Japon ont en outre donné lieu, en 1627, à la première béatification de saints issus des « Indes ». Cet évènement, tant pour l’Église, que pour les empires coloniaux ibériques, n’a été rendu possible qu’à travers l’intégration du Japon dans une vision du monde où ses dirigeants persécuteurs sont considérés comme des tyrans, et non pas comme de simples sauvages. La transmission de ces conceptions dans le Vieux Continent a également pris des formes concrètes, avec les tableaux, sculptures et gravures, ou encore la littérature et le théâtre. Dans les pièces jésuites, l’Archipel devient en effet un thème d’un genre destiné à l’édification publique. Tout cela a contribué à créer un Japon imaginaire, qui s’est par la suite largement imposé dans les esprits. Cette thèse montre que les martyrs japonais ne peuvent être circonscrits à l’histoire de l’Église ou des ordres missionnaires, mais qu’ils ont contribué à la construction de la culture européenne, en particulier dans sa perception de sa place dans le monde.

Abstract

From the distant Indies to the scenes of colleges: the reflections of the Japanese martyrs in Europe (16th - 18th century)

This thesis analyzes the reception of the Japanese mission in Europe, from the 16th to the 18th century. The discourse diffused in Europe started with a certain triumphalism, embodied by the Japanese Christians sent to Rome in 1585. However, when the local authorities began to prosecute and ban the new religion, it evolved to an imagery centered on the concept of “martyr". After that, this notion has been actively used to relate the Japanese Christian experience in modern Europe, and it was intimately linked to the religious and political thought of the time. The martyrs of Japan also gave, in 1627, the first beatification of saints from the “Indies”. This exceptional event, for both the Catholic church and the Iberian colonial empires, was only made possible by the integration of Japan in a determined word-view, where its leaders were regarded as tyrants, and not as uncivilized savages. The concrete transmission of such conceptions in the Old Continent was conducted by various means, such as paintings, sculptures and engravings, or literature, and theater. In the Jesuit plays, the Japanese martyrs became a topic in a literary genre essentially designed for public edification. All of this gave birth to an imaginary Japan that subsequently established itself in the minds of the time. Overall, this thesis shows that Japanese martyrs cannot simply be confined to the history of the Church or missionary orders. They have contributed significantly to the construction of European culture, particularly in its perception of its place in the world.