Henri BABAUD DE MONVALLIER

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Religions et systèmes de pensée
Date :
jeudi 15 décembre 2016 - 14:00
Incarner la parole : Figures du Christ dans la prédication allemande de Maître Eckhart

M. Henri BABAUD DE MONVALLIER soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Alain DE LIBERA

  • EPHE Le France, 190 avenue de France, 75013 PARIS, salle 103
  • Jury : M. Olivier BOULNOIS, M. Jean-Baptiste BRENET, M. Alain DE LIBERA, M. Eric MANGIN, M. Frédéric NEF

Résumé

L’objectif de ce travail est de réévaluer la figure du Christ dans la pensée de Maître Eckhart (1260-1328), en particulier dans sa prédication en langue allemande. Si l’héritage apophatique duquel se réclame Eckhart fait du « fond sans fond » de la déité l’horizon ultime de sa pensée, il semble néanmoins que sa prédication allemande s’articule sur une christologie solide qui met en abyme la situation du prédicateur elle-même : de même que le Christ est le Verbe de Dieu incarné, le prédicateur incarne la parole en invitant ses auditeurs à se rendre attentifs au Verbe éternel qui à tout moment mais en aucun temps se dit en eux. La première partie de la thèse pose le cadre historique et conceptuel dans lequel se situe la pensée christologique d’Eckhart et sa prédication. La seconde se centre sur cinq sermons allemands mettant en scène un épisode des Évangiles et en propose à chaque fois un commentaire suivi sur le mode de la lectura Eckhardi déjà initiée par un certain nombre de commentateurs. Sont ainsi analysés le Sermon 1 sur les marchands du temple (Mt, 21, 12-13), les Sermons 18, 19 et 43 sur la résurrection du fils de la veuve de Naïm (Lc 7, 11-17) et le Sermon 55 sur Marie-Madeleine au tombeau (Jn, 20, 11-18). Il s’agit ainsi de réévaluer la christologie « d’en bas » à travers les analyses qu’Eckhart livre du Christ des Évangiles contre la tendance privilégiée par la plupart des commentateurs ayant écrit sur la christologie d’Eckhart qui tendent nettement à privilégier la christologie « d’en haut » (théologie du Verbe et place de la personne du Fils dans la Trinité).

Abstract

Incarnating the Word. Figures of Christ in Meister Eckhart’s German preaching

The objective of this work is to revalue the figure of Christ in Meister Eckhart’s (1260-1328) thought, particularly in his German language preaching. For the apophatic heritage which Eckhart claims to adher to, the “ground without ground” of the deity seems to be the ultimate horizon. Nevertheless, his German preaching articulates with a strong Christology which is a mise en abyme of the situation of the preacher himself: in the same way as Christ is God’s Word incarnate, the preacher incarnates the word suggesting his listeners that they should pay attention to the eternal Word Who constantly but in no time says Himself in them. The first part of the thesis draws the historical and conceptual frame in which is situated Eckhart’s Christological thought as well as his preaching. The second part’s purpose is to comment paragraph by paragraph (following the Lectura Eckhardi tradition in Meister Eckhart studies) on five German preachings which stage an episode of the Gospels. The Preaching 1 concerning the moneychangers in the temple (Mt 21, 12-13), the Preachings 18, 42 and 43 concerning the resurrection of Naïm widow’s son (Lk 7, 11-17) and the Preaching 55 concerning Mary Magdalene at the tomb (Jn 20, 11-18) are thus analyzed. What is at stake is also to revalue the “christology from below” through what Eckhart says of the Gospels Christ against the tendency of most commentators who have written on Eckhart’s christology to have a positive bias for the “christology from above” (theology of the Word, place of the person of the Son in the Trinity).