Giancarla CILMI

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
mercredi 04 décembre 2019 - 14:00
Les Jacquemart-André collectionneurs d’art italien. Acquisitions et marché de l’art entre la France et l’Italie (fin XIXe-début XXe siècle)

Giancarla CILMI soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Michel HOCHMANN

  • EPHE - Maison des Sciences de l'Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris - salle 17
  • Jury : M. Michel HOCHMANN, M. Dominique POULOT, Mme Giovanna CAPITELLI, M. Gennaro TOSCANO, Mme France NERLICH, M. Pierre CURIE

Résumé

Edouard André (1833-1894) et Nélie Jacquemart (1841-1912) s’inscrivent parfaitement dans cette pratique du collectionnisme de la fin du XIXe siècle apanage de la bourgeoisie fortunée de la société occidentale. Leur passion pour l’art de la Renaissance italienne les mène à constituer un musée privé unique en ce genre : ils rassemblent des oeuvres (peintures, sculptures, objets d’art) s’attachant à récréer l’ambiance d’un palais florentin. Pendant près de trente ans ils entretiennent des relations étroites avec les meilleurs antiquaires italiens et les plus grands experts de l’époque qui leur permettent de constituer un ensemble resté encore exceptionnel à ce jour, légué à la France en 1912. L’analyse du modus operandi mis en place par le couple permettra alors de saisir l’importance de leur collection italienne.

Abstract

Edouard André (1833-1894) and Nélie Jacquemart (1841-1912) are perfectly in line with the practice of late 19th-century art collecting, which was the preserve of the wealthy bourgeoisie of Western society. Their passion for Italian Renaissance art led them to create a unique private museum by collecting works of art (paintings, sculptures, art objects) that recreated the atmosphere of a Florentine palace. For nearly thirty years, they maintained close relations with the best Italian antique dealers and the greatest experts of the time, which enabled them to form a collection that remains exceptional to this day, bequeathed to France in 1912. The analysis of the modus operandi set up by the couple will make it possible to understand the importance of their Italian collection.