Giada RICCI

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
vendredi 17 janvier 2020 - 14:00
L'ESPACE MUSÉOGRAPHIQUE AU JAPON. Concepts et spécificités de la mise en exposition des oeuvres dans les musées d'art

Giada RICCI soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Nicolas FIÉVÉ

  • Maison de l'Asie - 22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris. Salle : Grand Salon de la Maison de l'Asie
  • Jury : M. Nicolas FIÉVÉ, M. Dominique POULOT, M. Vincent LEFEVRE, M. Frédéric GIRARD

Résumé

Au croisement de disciplines telles que l’architecture, la muséologie, la muséographie-scénographie, l’histoire des musées et de l’architecture, et avec l’objectif de dépasser l’approche historique et la simple description, cette recherche étudie l’espace muséographique dans les musées d’art au Japon. Depuis la première apparition dans le vocabulaire japonais du mot « musée d'art », bijutsukan, à l’occasion de la participation du Japon à l'Exposition universelle de Vienne en 1873, les musées du XXIe siècle portent des valeurs esthétiques et culturelles spécifiquement japonaises. Cette recherche s’interroge sur l'évolution des musées dans le temps, à travers l'étude des typologies de musées et d'expositions, entre lieux d’expérience esthétique et espaces de sociabilité. L’architecture japonaise prémoderne a développé des modalités particulières de création et de construction, notamment une spatialité ouverte sur le paysage, que l’on retrouve dans les réalisations contemporaines. À cet égard la recherche s'appuye sur les traditions pré-Meiji dans l'architecture, religieuse et domestique, et sur les codes de présentation des oeuvres. L’approche du statut de l’oeuvre d’art muséifiée et la notion de trésor national, kokuhō, ainsi que l’espace muséographique et le rapport à l'oeuvre dans les musées d’art, sont considérés en parallèle à certains aspects de l’habitat traditionnel, comme les placements codifiés des peintures et des objets d’art dans le tokonoma. Les pratiques architecturales et muséographiques actuelles sont étudiées à travers les différents aspects de la conception et de l'aménagement de l’espace : de l’architecture du musée à la mise en exposition, jusqu'à la perception des oeuvres. L'exposition est entendue comme communication de sens, l’espace muséographique comme espace culturel et physique, empreint de symboles, depuis l’approche classique de présentation, purement esthétique, à l’évolution contemporaine vers un espace conceptuel d’interprétation. La lecture de l’espace muséographique comme communicateur de sens et du parcours d’exposition comme espace-temps passe par la définition des termes et des notions spatiales, en tant qu’expression d’une forme de pensée de l’espace. Dans le but de cerner le lien entre les oeuvres et l’espace muséographique, perçu comme support de contenu, cette recherche considère le dispositif spatial et les modes d’exposer dans leurs spécificités. Le musée est un espace public où une intimité doit pouvoir se créer avec l’oeuvre exposée. Ainsi les espaces d’exposition se chargent pour le visiteur d’une émotion et d’une valeur presque affective. La littérature japonaise contribue à éclairer cet aspect de la perception du musée dans la société et dans l’imaginaire japonais. Par un travail de simplification et de synthèse dans la conception des espaces, en reprenant certaines pratiques spatiales de l’architecture prémoderne, les musées au Japon ont développé des modalités propres de création et de construction de l’espace. Construire en revisitant la tradition est la manière spécifiquement japonaise de faire revivre le patrimoine dans l'architecture et l'espace du musée, qui s'exprime notamment par l'attention à la nature, l'emplacement dans le site et le choix des matériaux, l'intimité du rapport intérieur-extérieur, le parcours et l'articulation des espaces. Alliant esthétique et fonctionnalité, qualité architecturale et environnementale, qualité muséographique et conservation des oeuvres, les musées et les aménagements muséographiques contemporains, souvent l'oeuvre d'architectes japonais reconnus internationalement, se révèlent ainsi des réalisations exemplaires et cohérentes, qui expérimentent avec succès une architecture d'interrelations complexes dans une vision du musée ouvert aux visiteurs, aux sensations et au monde.

Abstract

At the crossroads of disciplines such as architecture, museology, museum-scenography, history of museums and architecture, aiming to go beyond the historical approach and the simple description, this research studies the museum space in art museums in Japan. Since the appearance in the Japanese vocabulary of the word "art museum", bijutsukan, on the occasion of Japan's first participation in the World Exposition in Vienna, 1873, the 21st century museums have evolved towards the expression of Japan's very own aesthetic and cultural values. This research examines the museums evolution over time, between aesthetic experience and sociability, through the study of museums, exhibitions typologies, and models of spatial distribution. The premodern Japanese architecture developed particular forms of creation and construction, including a spatiality open to the landscape, which can also be found in contemporary achievements. In this respect, research is based on pre-Meiji traditions in religious and domestic architecture, as well as the display of artworks and objects. The approach to the status of museum exhibit and the notion of national treasure, kokuhō, as well as the museum space and its relation to the art museum collections, are considered in parallel with certain aspects of traditional housing, such as the codified placement of paintings and art objects in the tokonoma. Current architectural and museum practices are studied through different aspects of the museums layout and exhibition design: from the museum's architecture to the exhibition space, up to the perception of the artworks. The exhibition is understood as a communication of meaning, the museum space as a cultural and physical space, imbued with symbols, from the classical approach to display, purely aesthetic, to contemporary evolution towards a conceptual space of interpretation. The reading of the museum space as a communicator of meaning and of the exhibition route as space-time passes by the definition of terms and spatial notions, as an expression of a way of thinking the space. In order to understand the link between the artworks and the museographic space, perceived as a medium of content, this research considers the spatial device and the modes of display in their specificities. The museum is a public space where intimacy must be created with the work on display. Thus the exhibition spaces are charged to the visitor with an almost emotional value. Japanese literature helps to shed light on this aspect of museum perception in Japanese society and imagination. Through a work of simplification and synthesis in the design of spaces, by resuming certain spatial practices of premodern architecture, museums in Japan have developed specific modalities for the creation and construction of space. Building by revisiting tradition is the Japanese way to revive heritage in the architecture and space of the museum, which is expressed in particular by the attention to nature, the location in the site and the choice of materials, the intimacy of the inner-outer relationship, the path and the articulation of spaces. Combining aesthetics and functionality, architectural and environmental quality, museographic quality and conservation of works, museums and contemporary museum installations, often the work of internationally renowned Japanese architects, are thus exemplary and coherent achievements, successfully experimenting an architecture of complex interrelations, in a museum vision open to visitors, sensations and the world.