Ghislain CASAS

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Religions et systèmes de pensée
Date :
samedi 09 décembre 2017 - 14:00
La dépolitisation du monde. Angélologie cosmique et politique de l'Antiquité tardive au Moyen Âge

M. Ghislain CASAS soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Philippe HOFFMANN

  • EPHE - Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, 75005 PARIS - Escalier E - 1er étage - Salle Gaston Paris
  • Jury : M. Philippe HOFFMANN, M. Sylvain PIRON, Mme Gwenaëlle AUBRY, M. Olivier BOULNOIS, M. Ruedi IMBACH, M. Dominic O'MEARA, M. Emanuele COCCIA

Résumé

La modernité se caractérise par un partage clair entre politique et cosmologie. Ce travail cherche à montrer comment l’angélologie médiévale constitue le champ discursif dans lequel les significations, les valeurs et les énoncés de la politique et de la cosmologie ont été redistribués et recomposés pour aboutir à ce partage. C’est au croisement de deux problèmes théologiques, celui de la motion angélique des cieux et celui de la hiérarchie angélique, que s’opère la déliaison entre la question de l’ordre du monde et celle de son gouvernement. Alors que l’idée d’un gouvernement du monde (gubernatio mundi) régit la cosmologie ancienne et maintient une forme de continuité entre l’exercice du pouvoir et la connaissance du monde, la modernité donne à l’activité gouvernementale un objet propre (l’État) et à la connaissance scientifique un domaine nouveau (la nature et ses lois). Le passage de l’ancienne image du monde au partage moderne entre politique et cosmologie est l’effet de l’ensemble des transferts et remaniements conceptuels et discursifs opérés par l’angélologie médiévale. Le concept de hiérarchie (hierarchia) joue un rôle crucial dans cette transformation. En effet, c’est lui qui traduit la métaphysique néoplatonicienne de l’ordre en une théorie politique du gouvernement. Ce travail tente de montrer que la signification historique du concept de hiérarchie est d’avoir désarticulé la politique et la cosmologie, le monde et la cité.

Abstract

Modernity can be characterized by a clear division between politics and cosmology. This work aims at showing how medieval angelology constitutes a discursive field in which the significations, values and statements of politics and cosmology were redistributed and recombined, so that it led to this new division. One may observe, at the junction between two theological problems, that of the angelic motion of the heavens and that of the angelic hierarchy, how the question of world order and that of world government split. Whereas the idea of a world governement (gubernatio mundi) rules the ancient cosmology and maintains a form of continuity between the exercise of power and the knowledge of the world, modernity gives governmental activity a proper object (the State) and scientific knowledge a new field (nature and its laws). The shift from the ancient image of the world to the modern division between politics and cosmology is the result of all the conceptuel and discursive transfers and reshuffles operated by medieval angelology. The concept of hierarchy (hierarchia) plays a crucial part in this tranformation. Indeed, it reframes the neoplatonic metaphysics of order into a political theory of government. This work tries to show that the historical signification of the concept of hierarchy is that it has dismantled politics and cosmology, the world and the city-state.