Gaëlle BOSSEMAN

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
samedi 07 décembre 2019 - 14:00
Eschatologie et discours sur la fin des temps dans la péninsule Ibérique (VIIIe-XIe siècle)

Gaëlle BOSSEMAN soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Patrick HENRIET

  • EPHE - Sorbonne - 17, rue de la Sorbonne, escalier E, 1er étage - 75005 Paris. Salle : Delamarre
  • Jury : M. Patrick HENRIET, Mme Marie-Céline ISAÏA, M. Thomas DESWARTE, M. Philippe SÉNAC, Mme Sumi SHIMAHARA, M. Paulo FARMHOUSE ALBERTO

Résumé

L’intérêt pour l’eschatologie dans les sources altomédiévales est encore souvent interprété comme significatif d’une croyance plus ou moins largement partagée dans l’imminence de la fin des temps. Cette hypothèse ne semble pas parfaitement rendre compte de la diversité du contenu des sources, tant textuelles qu’iconographiques : de nombreux textes ou images abordent la fin des temps dans une optique sinon érudite ou contemplative, du moins dénuée de toute urgence apocalyptique. Ils émanent, d’autre part, de milieux lettrés, généralement monastiques. L’objectif de la thèse est donc d’étudier les indices d’une croyance dans la proximité de la fin des temps, les discours sur cette croyance, leurs emplois et ce qu’ils révèlent, dans un contexte précis, celui de la péninsule Ibérique après la conquête islamique. Dans le débat sur la réalité des peurs millénaristes à l’approche de l’an 800 et de l’an 1000, la péninsule Ibérique se présente comme un cas d’étude central pour s’interroger à la fois sur le sens, mais aussi sur les fonctions de l’eschatologie et des discours sur la fin des temps pour les chrétiens de cette époque. Il s’agit notamment de considérer la place éventuelle qu’y tient l’Islam après 711. La dimension érudite des discours eschatologiques et apocalyptiques – un constat dont les implications n’ont peut-être pas suffisamment été prises en compte – justifie une relecture des sources à la recherche d’autres usages (politiques, polémiques, mais aussi méditatifs voire spéculatifs).

Abstract

The interest in eschatology in early medieval sources is still often interpreted as significant of a belief more or less widely shared in the imminence of the end of times. However, this hypothesis does not perfectly account for the diversity of the content of sources, both textual and iconographic: many texts or images approach the end of time in a perspective otherwise erudite or contemplative, at least devoid of any apocalyptic urgency. They come, on the other hand, from literate circles, generally monastic. The aim of the thesis is to study the signs of the belief in the proximity of the end of time, the discourses on this belief, their uses and what they reveal, in a specific context, that of the Iberian Peninsula after the Islamic conquest. In the debate about the reality of apocalyptic fears in the year 800 and 1000, the Iberian Peninsula presents itself as a central case study to question both the meaning, but also the functions of eschatology and end-time discourses for Christians of that time. This includes considering the possible place of Islam after 711. The scholarly dimension of eschatological and apocalyptic discourses - a finding whose implications may not have been sufficiently taken into account - justifies a re-reading of sources looking for other uses (political, polemical, but also meditative or even speculative).