Federico DEFENDENTI

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Religions et systèmes de pensée
Date :
samedi 08 décembre 2018 - 09:00
« Bâtir un Empire ? » Recherches sur le concept d’« Empire assyrien » : l’interprétation de la documentation archéologique de la Mésopotamie du Nord, XIXe-XXIe siècles de notre ère

M. Federico DEFENDENTI soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Maria-Grazia MASETTI-ROUAULT et Mme Rita DOLCE

Cotutelle : Università Roma Tre (ITALIE)

  • EPHE - 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris, salle D059
  • Jury : Mme Maria-Grazia MASETTI-ROUAULT, Mme Carole ROCHE-HAWLEY, M. Arnaldo MARCONE, Mme Rita DOLCE, Mme Nicole BELAYCHE, M. Pascal BUTTERLIN

Résumé

Depuis l’Antiquité, l’expérience politique assyrienne (XIVème - VIIème siècles av. J.-C.) a été définie comme un « Empire ». Les sources classiques et bibliques ont créé une image historiographique des Assyriens caractérisée par une violence militariste, par une sexualité excessive et par un urbanisme exagéré. En plus, la théorie de la translatio imperii identifiait dans l’Empire assyrien le premier Empire de l’histoire. À partir du milieu du XIXème siècle la découverte des vestiges des villes royales en Mésopotamie du Nord et surtout des bas-reliefs, qui ornaient les palais royaux, a donné accès à une quantité d’informations directes sur les Assyriens. L’interprétation historiographique de ces données a eu comme modèle l’Empire romain, déjà bien connu par les savants. Le déchiffrement du système cunéiforme et la lecture des sources écrites assyriennes qui en a suivi a certifié l’image impériale puissante et militariste suggérée par les sources anciennes. À partir de cette époque et jusqu’à nos jours, les informations concernant les Assyriens ont augmentées constamment. En même temps, le travail d’interprétation historiographique a été influencé tant par les différentes doctrines économiques et politiques, que par les intérêts des nations qui finançaient les recherches. Pour décrire l’expérience politique assyrienne ont été employées par les Assyriologues des catégories typiquement modernes, telles que l’impérialisme et le colonialisme, ou plus récemment, la globalisation. L’objectif de cette thèse de doctorat est de reconstruire le cheminement épistémologique du concept d’« Empire assyrien », avec une attention spécifique à l’apport de la recherche archéologique en Mésopotamie du Nord.

Abstract

Since the Antiquity the political experience of the Assyrians has been defined as an “Empire”. Biblical and ancient sources have created a historiographical image of the Assyrians, which was characterized by military violence, an excessive sexuality and an exaggerated urbanism. Moreover, following the theory of the translatio imperii, the Assyrian Empire should have been the first empire of history. Starting from the middle of the XIX century the discovering of the vestiges of the royal cities in the north of Mesopotamia, and especially of the bas reliefs which adorned the royal palaces, gave access to an enormous quantity of direct information about the Assyrians. The historiographical model which was employed in order to interpret this data was the roman empire, which was already very well-known by scholars. The deciphering of the cuneiform system and the consequent possibility of accessing to Assyrian written sources certified the powerful and militaristic image suggested by the ancient sources. Since that period and during the next excavations up until today, the information about the Assyrians has constantly increased. At the same time the work of historical interpretation has been influenced not only by the different economic and political theories but also by the interests of the nations which financed the researches. In order to try to understand the Assyrian political experience, typically modern categories have been employed by Assyriologists, such as imperialism and colonialism, or more recently the globalization. The aim of this doctoral thesis consists in reconstructing the epistemological course of the concept of “Assyrian Empire”, with a specific attention to the contribution of archaeological researches in the Northern Mesopotamia.