Eric GARINE WICHATITSKY

Diplôme :
HDR
Date :
mardi 05 mars 2019 - 14:00

M. Eric GARINE WICHATITSKY présente ses travaux en soutenance en vue de l'obtention de l'Habilitation à diriger des recherches

  • Maison des Sciences de l'Homme, 54 boulevard Raspail, 1er sous-sol salle 01, 75006 Paris
  • Jury : Mme SOPHIE BLANCHY, M. OLIVER COOMES, M. BARRY HEWLETT, M. MICHAEL HOUSEMAN, M. DOYLE MCKEY, M. THIERRY ROBERT, Mme STÉPHANIE THIEBAULT

Le document présenté pour l’HDR comporte trois volumes. Le premier - Parcours scientifique : d’une personne à l’autre, de thème en thème (1984-2018) - est à la fois autobiographique et thé-matique. A une présentation de l’histoire des rencontres professionnelles « d’une personne à l’autre », se superpose la présentation de l’émergence des six thèmes scientifiques - « de thème en thème », auxquels je me suis intéressé au fil de ma carrière : 1) l'anthropologie de l'alimenta-tion ; 2) l'anthropologie des usages des paysages chez les Duupa et dans le bassin de la Bénoué au Nord du Cameroun ; 3) la connaissance et l’utilisation des plantes cultivées, 4) les dynamiques de la circulation des ressources génétiques ; 5) les techniques de terrain mises en œuvre dans les travaux pluridisciplinaires d'ethnoécologie ; 6) l'étude ethnographique de la société duupa du Nord du Cameroun dont les membres ont été mes hôtes occasionnels depuis si longtemps. Ces mises en perspective théoriques sont constituées par un commentaire raisonné de la sélection des 28 textes publiés reproduits dans le volume 3 (L’art d’accommoder les restes). Le deuxième volume est un essai inédit - La brousse a une histoire c'est celle des champs ; les champs ont une histoire, c'est celle des gens. Savoir et mémoire du paysage chez les agriculteurs Duupa du massif de Poli (Nord du Cameroun). Il comporte une revue de la littérature sur la caté-gorisation des éléments des paysages, une présentation des travaux pluridisciplinaires réalisés chez les Duupa du Cameroun (189 p.) et une « expérimentation » méthodologique dans la mesure où je me suis efforcé de présenter l'ensemble des données brutes accumulées pendant une tren-taine d'années (dans une annexe de 210 p.) qui permettent d’éclairer une question empirique pré-cise : comment les cultivateurs duupa choisissent-ils l’emplacement de leurs champs qu’ils doivent déplacer périodiquement ? Il faut pour y répondre envisager tant les caractéristiques environne-mentales des lieux singuliers que la mémoire collective de ceux qui les ont occupés et qui, morts, en demeurent des composantes essentielles.