Emilie BARBEAU

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Systèmes intégrés, environnement et biodiversité
Date :
jeudi 03 décembre 2015 - 14:30
Méthode alternative à l'expérimentation animale pour l'identification de substances chimiques altérant le développement embryonnaire - Développement d'un test de criblage sur les stades embryonnaires du poisson médaka Oryzias latipes

Mme Emilie BARBEAU soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Jean-Marie EXBRAYAT

  • L'OREAL Recherche & Innovation, 1 avenue Eugène Schueller, 93000 AULNAY-SOUS-BOIS
  • Jury : M. Jérome CACHOT, M. Xavier COUSIN, M. Jean-Marie EXBRAYAT, M. Marc LEONARD, M. Christophe MINIER

Résumé

La règlementation européenne requiert l’évaluation de la reprotoxicité des ingrédients cosmétiques sans avoir recours aux tests sur les organismes définis par la directive européenne sur les animaux utilisés à des fins scientifiques. Pour cribler par exclusion des substances chimiques, l’industrie cosmétique a besoin de développer une méthode alternative à l’expérimentation animale prédictive et spécifique à l’identification d’agents tératogènes (substances entraînant au cours du développement embryonnaire et de manière définitive des malformations physiques et/ou fonctionnelles). Pour cela, le poisson zèbre, le poisson médaka et l’amphibien xénope aux stades embryonnaires ont été évalués sur une liste de 43 substances de référence. Le médaka a été sélectionné pour la fiabilité de son approvisionnement, la robustesse de ses stades embryonnaires lors des manipulations, ainsi que pour les performances du test l’utilisant. De plus, ce test permet de détecter les agents tératogènes les plus puissants, près de la moitié des 26 substances tératogènes de notre liste. Son taux de spécificité est fixé à 100% pour identifier correctement les 17 substances négatives dont l’absence d’effets tératogènes chez l’homme ou un organisme modèle mammifère, est avérée. Néanmoins, les performances de ce test pourraient être améliorées par son automatisation et par l’intégration de la quantification de nouveaux paramètres pour l’identification de malformations fonctionnelles. Enfin, pour prédire l’innocuité d’une substance chimique chez l’Homme, le test prédictif de tératogénicité utilisant les embryons de médaka doit être intégré dans une stratégie globale d’évaluation de la tératogénicité.

Abstract

Alternative method to animal experimentation for the identification of chemicals altering embryonic development - Development of a screening test on the embryonic stages of medaka fish Oryzias latipes

European legislation requires the assessment of reproductive toxicity of cosmetic ingredients without using tests on the organisms defined by the European directive on animals used for scientific purposes. To screen by excluding chemicals, cosmetics industry needs to develop an alternative method to animal testing, which needs to be predictive and specific in identifying teratogen agents (during embryonic development substances causing definitive physical and / or functional defects). For this, zebrafish, medaka fish and Xenopus amphibian at embryonic stages were assessed on a list of 43 reference substances. Medaka has been selected to the reliability of its supply, the robustness of its embryonic stages during handling, as well as for performance of its test. In addition, this test can detect the most potent teratogen agents, nearly half of the 26 teratogens of our list. Its specificity rate is set at 100% for correctly identifying 17 negative substances for which the absence of teratogenic effects is proved in humans or mammalian model organism. However, the performance of this test may be improved by its automation and integration of new quantification parameters for the identification of functional defects. Finally, to predict the safety of a chemical in humans, the predictive teratogenicity test using medaka embryos must be integrated into a comprehensive strategy for assessing the teratogenicity.