Elise VANRIEST

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
samedi 22 février 2020 - 09:00
Verre et verriers à Paris et en Île-de-France dans la seconde moitié du XVIe siècle (1547-1610), Production, commerce, usages

Elise VANRIEST soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Guy-Michel LEPROUX

  • INHA - 2, rue Vivienne, 75002 Paris. Salle Peiresc
  • Jury : M. Guy-Michel LEPROUX, Mme Corine MAITTE, M. Julien LUGAND, M. Michel HOCHMANN, Mme Françoise BARBE, M. Pascal BRIOIST

Résumé

L’art du verre à la Renaissance était marqué par l’influence des maîtres vénitiens, à l’origine d’un
certain nombre d’innovations techniques et stylistiques qui connurent un grand succès dans toute
l’Europe. En France, Henri II et Catherine de Médicis firent appel à des verriers vénitiens pour établir
une verrerie à proximité du château royal de Saint-Germain-en-Laye. Près de trente ans plus tard, une
autre équipe de verriers italiens, cette fois-ci originaire du village d’Altare, fondèrent une verrerie au
faubourg Saint-Germain-des-Prés. Le développement de l’industrie verrière en Île-de-France du début
du règne de Henri II en 1547 à la fin du règne de Henri IV en 1610 est donc étroitement lié à l’arrivée
de verriers italiens qui apportèrent leur style et leur savoir-faire. L’histoire verrière de la région ne se
limite cependant pas à l’influence italienne. Deux métiers du verre s’organisèrent à Paris à cette
époque : celui des patenôtriers d’émail et de verre et celui des marchands verriers. L’étude des
hommes et de leurs compétences a constitué un premier axe de recherche. Le second axe choisi a
consisté à étudier la commercialisation et la diffusion des produits de verre en Île-de-France et leur
contexte d’utilisation. Le verre prit en effet, au XVIe siècle, une place plus importante sur les tables des
Parisiens modestes ou fortunés. Les propriétés de ce matériau particulier étaient adaptées à un certain
nombre d’usages. Les verres de la Renaissance se divisaient alors entre verres fonctionnels et verres
plus prestigieux, collectionnés pour leur valeur esthétique et décorative. Cette thèse transdisciplinaire
s’inscrit dans les domaines de l’histoire, de la culture matérielle, de l’histoire de l’art et des techniques
et de l’archéologie.

Abstract

The European Renaissance glass art was deeply influenced by the style and the techniques invented by
Venetian glassmakers. Those fashionable glass products were in demand in every European country. In
France, king Henri II and queen Catherine de’ Medici established a glasshouse near the royal palace of
Saint-Germain-en-Laye and employed Venetian glassmakers. After the death of the glassworkers, a
new glasshouse, ruled by Italian glassmakers from Altare was established at the end of the 16th
century, in the faubourg Saint-Germain-des-Prés. The development of the glass industry in Île-de-
France from 1547 to 1610 is linked to the style and techniques brought by Italian glassmakers. In
addition to the Italian influence, two glass-related professions were created at that time in Paris : the
glass bead makers and the glass sellers. The study of men and their skills constitutes one approach of
the subject. The second one explores the trade, circulation and uses of glass products. They became, in
the 16th century, more and more common in both modest and wealthy Parisian interiors and were used
for their particular properties (especially suitable for medical use for example). On the other hand,
some glass products, more prestigious and fashionable, were collected for their decorative and
aesthetic value.