Donatien GRAU

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
jeudi 21 décembre 2017 - 14:00
La mémoire numismatique de l'Empire romain

M. Donatien GRAU soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Michel AMANDRY

  • Université Paris-Sorbonne, 1, rue Victor-Cousin, 75005 PARIS, Salles des Actes
  • Jury : M. Michel AMANDRY, M. Alexandre GRANDAZZI, Mme ANNE DAGUET-GAGEY, M. Arnaud SUSPENE, M. Antony HOSTEIN, M. Andrew WALLACE-HADRILL

Résumé

Le monnayage impérial romain est, le plus souvent, analysé de façon fragmentée : règne par règne, type par type, émission par émission. Ce travail entreprend d’envisager l’unité du monnayage impérial romain. Il trouve cette unité dans la mémoire, selon laquelle chaque monnaie serait, par nature, en relation avec toutes les autres, et selon laquelle il existerait entre un certain nombre de types monétaires des affinités iconographiques qui les rapprochent et fondent une forme d’unité du monnayage. Ainsi y a t-il lieu d’opposer une conception « numismatique », qui a partie liée à l’iconographie, à une conception « monétaire », davantage articulée autour du catalogage et de la quantification. Une telle approche est prise en considération à partir de l’époque julio-claudienne, et de la constitution d’une mémoire augustéenne sous la première dynastie, entre mémoire républicaine, de l’époque des généraux, et hellénistique ; le modèle augustéen est ensuite posé comme fondement pour le reste de l’Empire, et une typologie de la mémoire est articulée autour de trois formes : l’horizontalité, reprise de types comme démonétisés au travers du monnayage ; la verticalité, référence directe à un événement historique ; et la transversalité, qui marque une généalogie au travers du monnayage. Le monnayage impérial est ensuite interprété comme texte, avec un examen des citations littéraires sur la monnaie, puis l’analyse des contorniates et des monnayages de restitution comme formes d’écriture mémorielle ; une étude des légendes conforte cette approche, qui est également confirmée par l’examen final des sources romaines qui évoquent la monnaie – littéraires, épigraphiques, numismatiques.

Abstract

The Roman Imperial Coinage is most often analysed according to a fragmentary fashion : every reign, every type, every series is taken into account on its own. Here we aim to consider the unity of the Roman Imperial Coinage. This unity is to be found in memory, according to which every coin would by nature be related to all others, and according to which a number of monetary images would be connected the one and to the other and therefore establish a form of unity of the coinage. As a consequence, we outline a “numismatic” approach in relation to iconography, as opposed to a “monetary” approach, which would rather be based on cataloguing and quantification. Such a stance is first taken into account from the Julio-Claudian era, and the constitution of an Augustan memory under the first dynasty, between Republican memory, memory of the “imperatores”, and Hellenistic memory; the Augustan model is then positioned as a model for the whole Empire. Thus a typology of memory is articulated around three forms: horizontality, with the use of images that seem to have almost lost their meaning; verticality, a direct reference to a historical event; and transversality, marking a genealogy through coinage. The Imperial coinage is interpreted as a text, with an assessment of literary citations on coins, and an analysis of the contorniates and of the restitution issues as forms of memory writing; an assessment of the legends supports this approach, which is also confirmed by a final insight into the Roman sources evoking coins – literary, epigraphic, numismatic.