Charlotte LEBLANC

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
lundi 22 janvier 2018 - 09:00
Louis Emile Durandelle (1839-1917), un photographe au service de l'architecture

Mme Charlotte LEBLANC soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Jean-Michel LENIAUD

  • EPHE - Maison des Sciences de l'Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, salle 01 - 1er sous-sol
  • Jury : M. Jean-Michel LENIAUD, Mme Valérie NEGRE, M. Jean-Baptiste MINNAERT, M. Michel POIVERT, M. Jean-Claude YON, Mme Sylvie AUBENAS

Résumé

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’amélioration des techniques photographiques offre de nouveaux outils aux architectes et au monde de la construction ou de la restauration d’édifices. Certains photographes se spécialisent alors dans la photographie d’architecture et de chantier et développent ce marché nouveau. Dans ce contexte, Louis Emile Durandelle, actif à Paris entre 1860 et 1890, illustre cette adaptation de certains photographes à la demande des architectes dont l’utilisation des images d’architecture est alors en transition entre l’héritage du siècle précédent où les gravures étaient essentiellement diffusées dans des publications spécialisées et des pratiques nouvelles de diffusions plus larges des photographies d’architecture. La représentation architecturale connaît alors elle-même une transition importante, bouleversée notamment par la rapidité d’exécution des photographies. Ayant réalisé plus de dix mille photographies de reproductions d’objets d’art et d’architecture et un nombre difficile à évaluer de portraits-cartes, Durandelle joue par l’abondance de sa production et sa présence sur des chantiers parisiens majeurs un rôle important dans l’évolution des usages de la photographie par le monde de la construction. On lui doit un important corpus photographique fournissant de précieuses informations au sujet des travaux de l’Opéra Garnier, du Sacré-Coeur de Montmartre, du Mont-Saint-Michel, du Comptoir d’Escompte de la ville de Paris, de la gare Saint-Lazare, de l’Hôtel-Dieu de Paris, de la Tour Eiffel, du Palais du Louvre ou encore du musée des Beaux-Arts d’Amiens. L’étude retrace sa biographie, son activité de photographe de chantier, d’édifices achevés et de décors monumentaux, depuis sa réalisation des clichés jusqu’à leurs usages variés faits par ses commanditaires. Elle replace l’activité du photographe parmi celles de ses pairs, à une époque où le métier de photographe d’architecture nécessite une importante maîtrise technique notamment pour lutter contre la parallaxe et les distorsions de la perspective. Elle analyse la manière dont certains architectes, certaines administrations ou certains entrepreneurs du bâtiment ont fait usage des clichés de Durandelle pour servir leurs intérêts économiques et professionnels aussi bien lors de la conception architecturale qu’au cours du chantier de construction ou pour promouvoir leur réalisation une fois l’édifice achevé.

Abstract

In the second half of the 19th century, the improvement of photographic techniques offers new tools to architects and the world of construction or restoration of buildings. Some photographers then specialize in architecture and construction photography and develop this new market. In this context, Louis Emile Durandelle, active in Paris between 1860 and 1890, illustrates this adaptation of some photographers at the request of architects whose use of architectural images is then in transition between the legacy of the previous century when the engravings were mainly disseminated in specialized publications and new practices of wider dissemination of architectural photographs. The architectural representation itself underwent an important transition, shattered notably by the speed of execution of the photographs. Having produced more than ten thousand photographs of reproductions of works of art and architecture and a number difficult to evaluate portraits-cards, Durandelle plays by the abundance of its production and its presence on major parisian sites an important role in the evolution of the uses of photography by the world of construction. He took many photographs providing valuable information about the works of the Opéra Garnier, the Sacré-Coeur of Montmartre, the Mont-Saint-Michel, the Comptoir d'Escompte of Paris, Lazare, the Hôtel-Dieu of Paris, the Eiffel Tower, the Louvre palace and the Amiens Museum of Fine Arts. Our study presents his biography, his activity as a photographer of construction sites, finished buildings and monumental decorations, from his realization of the photographs to their varied uses made by his customers. It places the photographer's activity amongst his peers, at a time when the profession of photographer of architecture requires an important technical knowledge in particular to avoid parallax and the distortions of the perspective. Our study analyzes the way in which architects, administrations or building contractors have used Durandelle's photographs to serve their economic and professional interests both during the architectural design and during the construction or to promote their realization once the building is completed.