Antonin DURAND

Diplôme :
Doctorat
Mention :
Histoire, textes et documents
Date :
vendredi 04 décembre 2015 - 14:00
Le mathématicien et le politique. Science et vie politique en Italie de 1839 à la veille de la Grande Guerre

M. Antonin DURAND soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Gilles PÉCOUT et Mme Ilaria PORCIANI

Cotutelle : Université de Bologne

  • Ecole Normale Supérieure, 29 Rue de l'Ulm, 75005 PARIS, salle 236
  • Jury : M. Bruno BELHOSTE, M. Christophe CHARLE, M. Mauro MORETTI, Mme Ilaria PORCIANI, M. Gilles PÉCOUT

Résumé

Du premier congrès des scientifiques italiens de 1839 à la veille de la Grande Guerre, de nombreux mathématiciens italiens ont pris part à la vie politique de leur pays. Cette thèse examine les différentes modalités de cet engagement : le mouvement national, qui se décline dans le domaine scientifique par une forme spécifique de patriotisme dans un contexte d’unification de l’Italie, en est un aspect. Mais il s’agit d’analyser plus généralement la façon dont le statut de mathématicien peut être réinvesti dans le champ politique pour fonder un discours de légitimation, une forme d’expertise, revendiquer un regard spécifique sur le politique. Cela suppose de penser la circulation entre champ mathématique et politique avec les outils de l’histoire des intellectuels : comparer les stratégies d’ascension dans ces deux champs, analyser comment les conflits s’y transposent, comment les acteurs répartissent leur temps entre les différentes activités. Il s’agit donc de comprendre comment les transformations de la vie politique italienne autour de l’unification ont permis l’émergence de nouveaux hommes politiques, de mesurer leur réception par le milieu politique mais aussi dans le champ académique, ainsi que la façon dont leur double appartenance a pu affecter leur façon d’être mathématiciens.

Abstract

Mathematicians and Politicians. Science and Political life in Italy from 1839 to the eve of WWI

From the first congress of Italian scientists in 1839 to the eve of World War I, many Italian mathematicians took part to the political life of their country. This PhD deals with the different modalities of this involvement: Italian national movement, which results in the scientific field in a specific shape of patriotism in a context of Italian unification, is one aspect. But I intend to draw a more general analysis of the way the position of a mathematician can be used in the political field to found a legitimating discourse, some kind of expertise, or to claim a specific way to consider political questions. In order to do so, I will need to consider circulations between mathematical and political fields with tools the history of intellectuals: I will thus compare the strategies of advancement in those two fields, analyze how the conflicts are transposed and how the actors divide their time between their different activities. So I intend to understand how the transformations of the Italian political life around national unification made possible the emergence of new politicians, to assess their reception in political and academic worlds and the way their double belonging influenced their practice as mathematicians.