Comité de suivi

Dans le  cadre de la mission de formation de l’ED et de préparation à l’insertion professionnelle telle que définie à l’art. 4 de l’arrêté du 7 août 2006 relatif à la formation doctorale la mise en place des « Comités de suivi de thèse » (CST) a été généralisée  pour l’ensemble des doctorants inscrits à l’École doctorale 472, quelle que soit la mention.

Le CST est obligatoire à partir de la deuxième année de doctorat, en vue de toute réinscription en troisième année et plus, mais elle peut intervenir dès la première année, si le doctorant et/ou le directeur de thèse le souhaite(nt).

Le CST a notamment pour objectifs d’apporter une aide supplémentaire au suivi du travail de recherche du doctorant grâce à un regard extérieur, de compléter les fonctions d’accompagnement que le directeur de thèse a pour mission d’assurer, de conseiller le doctorant pour sa formation et — en fin de parcours doctoral — pour la construction de son projet professionnel.

En cas de difficultés scientifiques, matérielles ou relationnelles, le CST peut en outre jouer un rôle de médiation ou d’alerte du directeur de l’ED et des responsables de mention.

Dans tous les cas, l’avis du CST est consultatif. Les décisions finales appartiennent d’une part au directeur de thèse et au doctorant (pour le suivi scientifique), d’autre part au chef d’établissement sur proposition du directeur de l’ED, après avis des commissions d’admission (pour le suivi administratif, le renouvellement d’inscription et les modalités de la soutenance).