Fonds Henry et Stella Corbin

henry-corbin-1973_0.jpg

Henry Corbin (1903-1978) a été successivement bibliothécaire à la BnF de 1928 à 1954 missionné à Berlin (1936), à Istanbul (1939) et à Téhéran (1945), directeur de la chaire d’études « Islamisme et religions de l’Arabie » de l’EPHE (section sciences religieuses) de 1954 à 1973, puis directeur émérite de 1974 à 1978, fondateur de l’Institut français de recherche en Iran (IFRI) et directeur du Département d’iranologie de l’Institut franco-iranien et de la bibliothèque iranienne. Il a également enseigné à Téhéran et à Paris. Conférencier au Cercle Eranos de 1949 à 1977, premier traducteur français de Martin Heidegger et Karl Barth, fondateur de l’Université Saint Jean de Jérusalem, éditeur et traducteur de l’œuvre de Shihâboddîn Yahyâ Sohravardî, d’Abû Ya’cub Sejestânî, de Mollâ Sadrâ Shîrazî, il a participé directement comme éditeur, traducteur ou introducteur à 22 volumes de la bibliothèque iranienne et sa bibliographie générale compte un peu plus de 300 entrées, dont une vingtaine de livres.

henry-et-stella-corbin_0.jpg

De son côté, Stella Corbin s’occupait d’établir les dactylographies, de la correspondance administrative ainsi que de la correction des épreuves. Après la mort de Henry Corbin, elle s’est chargée de valoriser son œuvre en faisant paraître plusieurs livres qui étaient restés en manuscrit.

Intérêts scientifiques

Le Fonds Henry Corbin est le témoin d’une activité intellectuelle continue sur plus de 50 ans au cœur du développement de la science des religions, de la philosophie (phénoménologie et herméneutique) et de l’établissement de l’iranologie. La correspondance entretenue avec Arkoun, Baruzi, Benveniste, Benz, Brun, Caillois, Cirillo, Durand, Eliade, Faivre, Fouchécour, Foussard, Friedrich, Olga Fröbe-Kaptyn, Gorceix, Groethuysen, Heidegger, Ivanow, Jambet, Jaspers, Jung, Jolivet, Jourdan, Kojève, Koyré, Lévi-Strauss, Lory, Massignon, Miller, Paulhan, Puech, Queneau, Ritter, de Rougemont, Ruspoli, Scholem, Shayegan, Stauffer, Tucci, Vajda, Vieillard-Baron, Wahl, pour ne nommer que quelques-uns des noms célèbres du fonds, a une valeur historique et patrimoniale indéniable. Parce que le cabinet de travail de Henry Corbin légué par Stella Corbin est complet et contient autant ses cours inédits, ses manuscrits et tapuscrits que sa correspondance, il est ainsi possible de reconstruire l’origine de ses idées, et de comprendre et documenter ses choix.

Composition du fonds

Le Fonds Henry et Stella Corbin est constitué des documents de son cabinet de travail, actuellement séparé en 346 dossiers. Il est composé de sa correspondance complète, soit environ 6200, d’environ 450 coupures de journal et de revue, de textes et livres inédits, dont quelques-uns ont fait l’objet de publication posthume (Hamann, philosophe du luthéranisme, avec une intro. de Jean Brun, Paris, Berg international, coll. « L'Île verte », 1985, 152 p. ; L'Iran et la philosophie, Paris, Fayard, coll. « Espace intérieur » no. 39, 1990, 268 p. ; Autour de Jung, le bouddhisme et la sophia, Entrelacs, Paris, 2014, des traductions inédites, dont une traduction quasi intégrale d’Être et temps de Martin Heidegger datant de 1943 (Sylvain Camilleri et Daniel Proulx, « Martin Heidegger et Henry Corbin : lettres et documents (1930-1941) », dans Bulletin heideggérien, vol. 4, 2014, p. 4-63), les brouillons de la plupart de ses livres et conférences, les tapuscrits originaux et corrigés, des tirés à part avec des annotations, des notes éparses, plusieurs des cours prononcés par Henry Corbin lorsqu’il était professeur à l’EPHE. Dans les documents les plus anciens, on trouve les notes de plusieurs des cours qu’il a suivis lorsqu’il était étudiant à l’EPHE et à la Sorbonne, notamment les cours de Bréhier, Gilson, Massignon, des cahiers d’exercices d’arabe, de perse, de sanskrit et d’araméen et la plupart de ses agendas personnels de 1928 à 1978. Le fonds est complété par sa bibliothèque personnelle qui est conservée par la bibliothèque des sciences religieuses de l’EPHE, soit 1057 livres, dont plusieurs comportent des gloses et annotations.

Consulter le fonds

L’inventaire du fonds d’archives est disponible sur CALAMES.

La consultation des archives est soumise à l’autorisation des ayants-droits qui est à demander auprès du service des archives de l’EPHE. La consultation se fait sur rendez-vous au 4, rue Valette 75005 Paris.

Coordonnées du service des archives : archives@ephe.sorbonne.fr

Image :