La matérialité de l’écrit dans le monde juif

vendredi 15 septembre 2017 - 10:00

EPHE - Journée d’études doctorales en paléographie et diplomatique hébraïques

IXe journée d’études doctorales en paléographie et diplomatique hébraïques (5 décembre 2017, INHA, Salle Vasari, 9h-17h30)

Appel à communications. Date limitre : 15 septembre 2017.

La IXe journée d’études doctorales en paléographie et diplomatique hébraïques s’intéresse aux manuscrits comme objets. Supports, mise en page, mise en texte des écrits du monde juif : ces questionnements classiques méritent un état des lieux. Le projet est de suivre les étapes de la production de l’écrit et de ses usages, du matériau brut à l’objet final. Voici quelques-unes des problématiques envisagées pour cette journée :

  • Quels supports, quelles encres, quels instruments les scribes des communautés juives utilisaient-ils de l’Antiquité à l’époque moderne ? Comment les techniques scribales étaientelles transmises ? Comment les innovations se diffusaient-elles ? La diversité des formats, du rouleau au codex, est également à interroger dans son rapport avec les contenus et les usages des manuscrits.
  • Comment l’analyse de la mise en page et de la mise en texte peut-elle servir à explorer les pratiques de lecture ? La mise en page est comprise comme l’ensemble des effets typographiques – réglure, disposition à pleine page ou en colonnes, justification… – et décoratifs donnant son aspect extérieur à la page. La mise en texte recouvre de son côté les procédés visant à hiérarchiser les contenus sur la page pour faciliter la lecture et le repérage dans le texte – distinction du texte principal, des marginalia et des gloses, création de paragraphes, jeu sur les modules d’écriture et des encres… –.
  • Envisager l’écrit comme fait économique est une autre piste de réflexion. Que sait-on des marchés du matériel d’écriture ? Existait-il des ateliers d’écriture et de peinture dans le monde juif médiéval et moderne ? Comment s’organisait le marché du livre ? Peut-on identifier des chaînes de production, de l’acheteur final au scribe en passant par les commanditaires ?
  • Une fois le livre ou le fragment produit, comment est-il stocké, consulté, archivé ?
  • La recherche actuelle en codicologie et paléographie hébraïques a également su tirer profit des outils numériques. Comment ces nouveaux outils améliorent-ils notre connaissance sur l’écrit dans le monde juif ?

Cet appel s’adresse à tous les chercheurs travaillant sur l’écrit dans le monde juif à partir des fonds connus, juifs ou non-juifs : Qumran, Genizah du Caire, genizot européennes, bibliothèques, archives royales ou municipales…

Propositions de 5 lignes, avec titre et résumé, à renvoyer à : j9paleo@gmail.com avant le 15 septembre 2017.

Interventions de 20 min par personne.