Histoire et postérité de la Déclaration universelle des droits de l’homme

vendredi 23 novembre 2018 - 09:00

La Déclaration universelle des droits de l’homme, texte essentiel de la deuxième moitié du XXe siècle, est au début du XXIe siècle dans une situation paradoxale. Tour à tour encensée et contestée, revendiquée et ignorée, elle apparaît comme un symbole politique qui en efface la matérialité, ou se trouve éclipsée par la problématique de sa mise en oeuvre. Elle fait actuellement face à de nouvelles contestations et contradictions, notamment :
• La mise en cause de l’universalisme de sa proposition par des revendications identitaires, nationalistes, culturelles et religieuses.
• La remise en question du modèle social de l’après-guerre par les théories néo-libérales et la crise économique qui remettent en cause les acquis sociaux.
• La minimisation de l’objectif démocratique et libéral au nom de la sécurité, de la lutte contre le terrorisme, la radicalisation et la gestion de la crise migratoire.

Dans ce contexte de crise elle apparaît comme un instrument dont la pertinence est parfois relativisée ou réduite à sa seule dimension symbolique et donc inopérante. L’objectif de ce colloque est de revenir sur l’épaisseur historique et la pratique de la DUDH, de 1948 à aujourd’hui, à partir de recherches récentes. Il réunit des spécialistes issus de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales (historiens, juristes, politistes, sociologues…).

Journée d’études organisée par : Alexandre Boza, Emmanuel Decaux, Valentine Zuber.

Vendredi 23 novembre 2018 de 9h à 18h30 à Sciences Po – 56 rue Jacob, 75006 Paris.

Entrée libre sur réservation préalable à l’adresse valentine.zuber@ephe.psl.eu

affiche-droits-de-l-homme.jpg