Droits de Dieu et droits humains

mercredi 18 octobre 2017 - 18:00

slide-conf-zuber-droits-dieu.jpg

Droits de Dieu et droits humains : le christianisme et les libertés modernes

Conférence de Valentine Zuber donnée dans le cadre du cycle de conférences du cent cinquantenaire de l'EPHE, organisé sous le haut patronage du ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation et en partenariat avec l’Institut d’études avancées de Paris.

 

« Il s’agit de redéfinir le rôle de la pensée religieuse
dans la longue élaboration doctrinale des droits de l’homme »

 

Cette conférence est consacrée à une question qui n’a cessé de passionner les penseurs de la modernité politique : la définition des fondements religieux et/ou philosophiques des droits individuels de l’homme, proclamés en Amérique puis en France à la fin du XVIIIe siècle. Le travail de recherche de Valentine Zuber consiste à redéfinir le rôle de la pensée religieuse dans la longue élaboration doctrinale des droits de l’homme, puis à en examiner les interprétations qui en ont été faites par les religions chrétiennes a posteriori.

Les christianismes (catholiques, protestants et dans une moindre mesure orthodoxes) ont dû se positionner face au succès rencontré par cette idéologie libérale devenue dominante. Ceci a abouti à une nouvelle compréhension religieuse des droits de l’homme qui adhère généralement, mais de manière critique, à celle, toute laïque et essentiellement juridique, défendue par les instances internationales.

Date : Mercredi 18 octobre 2017 de 18h à 19h.
Lieu : Institut d’études avancées (IEA) - Hôtel de Lauzun - 17 quai d'Anjou, 75004 Paris.

Inscription obligatoire >>

 

zuber-valentine.jpgValentine Zuber est directrice d’études à l’EPHE, titulaire de la chaire « Religions et relations internationales ». Historienne de formation, elle s’est spécialisée dans l’histoire de la tolérance religieuse et du pluralisme en Europe. Elle a particulièrement travaillé sur les formes prises par la laïcité en France et dans le monde.

Elle s’intéresse actuellement aux rapports historiques entre le christianisme et les droits de l’homme. Elle travaille également sur les paradoxes de la défense de la liberté de religion et de conviction dans le monde, dans le cadre de l’universalisation des droits de l’homme.