Connaissance artificielle et Droit

mercredi 27 juin 2018 - 10:00

humanites-numeriques.jpg

LUTIN (Cité des Sciences et de l’Industrie)
CERSA/CNRS - Université Panthéon-Assas (Paris II)
Cognitions Humaine et Artificielle (EPHE, UPO, UPEC, Paris VIII)

27 juin 2018 à
Lutin et Amphi Painlevé
Paris, Cité des Sciences et de l’Industrie

Organisation scientifique : François Jouen, Catherine Puigelier, Charles Tijus

Chaque seconde, sur internet, 29.000 Gigaoctets (Go) d'informations sont publiés dans le monde. Parmi toutes ces informations, beaucoup sont des croyances, mais beaucoup sont aussi des savoirs sur les objets, les faits, les procédures, règles et lois.
Cette quantité d’information extériorisée est surtout traitée de plus en plus rapidement et avec de plus en plus de pertinence et d’intelligence artificielle. Il est ainsi de plus en plus difficile d’ignorer ; par exemple d’ignorer son chemin; à moins de ne pas avoir cette mémoire et cette intelligence externes qui connaît pour soi ; ou feindre de ne pas en disposer.
Ainsi, sans rien savoir, nous pouvons être tout sachant... A toute vitesse.
Sachant qu’appuyer sur une touche occasionne une durée de 0,15 secondes entre la décision d’appuyer et l’appui...
Avec un moteur de recherche, la date de naissance de Louis XIV est donnée en 0,73 secondes en premier de 596 000 résultats...
48 est donné comme résultat de l’opération 12*4 en 0,65 seconde comme premier de 12 230 000 000 résultats...
Qu’est-ce que l'acide ribonucléique messager ? obtient comme réponse « copie transitoire d'une portion de l'ADN correspondant à un ou plusieurs gènes, utilisée comme intermédiaire par les cellules pour la synthèse des protéines » en 0,49 secondes comme premier d’environ 13 100 résultats...
La simplexité se trouve définie comme « propriété fondamentale du vivant pour des stratégies visant à simplifier la perception, le mouvement, la décision » en 0,5 secondes comme premier de 12 700 résultats...
En France, 23 000 pages de textes législatifs sont produits et numérisés chaque année et, par exemple, la question « Quelle sanction risque le harceleur » trouve une réponse qui indique qu’elle varie selon l'âge, indique le nombre d’années de prison et le montant de l’amende en 0,38 secondes comme premier d’environ 91 400 résultats...
La connaissance artificielle est un sujet commun des sciences cognitives et du droit.
Le droit - aussi rigoureux soit-il - ose s'aventurer dans les traverses de l'artifice. Il est possible de faire croire que l'on sait même si l'on ignore ou de faire croire que l'on ignore même si l'on sait.
La maxime Nul n'est censé ignorer la loi constitue un exemple caractéristique de l'anticipation juridique. Elle illustre la prise de risques (constante) du droit avec ses fictions ou ses présomptions.
La connaissance artificielle - qu'elle soit de nature matérialisée ou de nature dématérialisée - est l'un des piliers du droit français. Le droit du numérique n'a-t-il, - contrairement aux apparences - fait qu'étendre une analyse de longue date ?